••• De nouveaux rassemblements samedi à Paris?

Les Gilets jaunes à l’Arc de Triomphe samedi 1er décembre

Les Gilets jaunes à l’Arc de Triomphe samedi 1er décembre

Samedi dernier, 136.000 personnes ont participé à la troisième journée de mobilisation des "gilets jaunes" à travers la France, marquée par de graves violences.

"J'invite les gilets jaunes raisonnables à se désolidariser des extrêmes et à ne pas se rassembler à Paris samedi prochain", a déclaré le ministre de l'Intérieur, auditionné devant la commission des Lois du Sénat, et qui a souhaité lancer un "appel au calme" à l'adresse des "gilets jaunes". Lundi, Christophe Castaner avait déjà invité les organisateurs de la marche pour le climat, à Paris, "à ne pas vouloir maintenir cette manifestation". "Nous allons mobiliser en France, des forces en nombre supplémentaire aux 65 000 qui ont été mobilisées" le 1er décembre, a affirmé le ministre de l'Intérieur.

Sans dévoiler les détails du dispositif, il a souligné travailler sur la "mobilité extrême " des casseurs, "l'appel croissant à la violence sur certains réseaux sociaux ".

Il a aussi mis en cause les "gilets jaunes" qui se sont joints aux émeutes samedi dernier, à Paris, malgré son "geste politique" d'"autoriser la manifestation sur les Champs-Élysées", après fouilles et contrôles. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, en préambule d'une audition devant la commission des Lois du Sénat, a lancé mardi un appel solennel pour éviter un nouveau chaos en fin de semaine.

L'exécutif s'évertue encore jeudi à convaincre qu'il a entendu et compris la "colère insaisissable et incontrôlable" des "gilets jaunes", à deux jours d'une nouvelle mobilisation qui fait craindre une explosion de violence.

"Celles et ceux qui ont fait le choix de ne pas venir manifester pacifiquement sur les Champs-Élysées doivent assumer une co-responsabilité d'avoir été aux côtés des casseurs et d'avoir très souvent empêché nos forces de l'ordre d'agir", a tancé Christophe Castaner.

Dernières nouvelles