" "Extradition de François Compaoré: " Des gages d'une implication certaine " (Me Farama)

Burkina Faso Extradition france François Compaoré Justice

La France autorise l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

Cette décision est la " preuve que nous sommes sur la bonne voie et nous espérons qu'un jour, François Compaoré, reviendra dans son pays pour répondre de sa part de responsabilité dans cette affaire", s'est dit convaincu l'avocat, qui affirme ne pas être étonné du pourvoi en cassation que les avocats de François Compaoré ont déjà fait.

Alors qu'il enquêtait à l'époque sur la mort de David Ouédraogo - chauffeur de François Compaoré -, le journaliste d'investigation burkinabè Norbert Zongo, 49 ans, et trois personnes qui l'accompagnaient avaient été retrouvés morts calcinés dans leur véhicule le 13 décembre 1998 à Sapouy (sud du Burkina Faso). Le frère de l'ancien chef d'Etat burkinabé est mis en cause dans l'enquête sur le meurtre d'un journaliste. Pour nous, c'est vraiment une victoire très importante et qui a son importance même dans le symbole. Pour être effective, une extradition doit aussi faire l'objet d'un décret gouvernemental.

Arrêté le 29 octobre à l'aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle en vertu d'un mandat d'arrêt international émis par le Burkina Faso, il avait été laissé libre mais avec interdiction de quitter le territoire français. A ce jour, il n'est pas inculpé dans son pays dans cette affaire.

Mercredi, l'un des avocats de François Compaoré, Me Pierre-Olivier Sur, a insisté sur le fait que la chambre de l'instruction de la cour d'appel, dans son arrêt, lui donnait bon espoir de voir aboutir une autre procédure qu'il a engagée.

La Cour d'appel de Paris avait refusé dans un premier temps, en juin, de statuer sur la demande d'extradition du Burkina Faso et demandé des éléments matériels précis de nature à impliquer directement François Compaoré. "Ce n'est qu'à l'issue de cette procédure que la question de l'extradition et de son exécution se posera, c'est-à-dire pas avant 2020 ou 2021", a-t-il estimé. Parce que depuis nous parlons, on nous dit que la Justice burkinabè est une justice qui est aux ordres et que c'est pour cela, pour des raisons politiques, on demande l'extradition de François Compaoré.

Dernières nouvelles