Le Qatar va se retirer de l'Opep — Pétrole

Saad al-Kaabi le ministre de l'Energie du Qatar

Saad al-Kaabi le ministre de l'Energie du Qatar

Saad al-Kaabi, qui conduira jeudi la délégation qatarie à la réunion de Vienne, a assuré que la décision n'était pas politique mais stratégique, l'émirat voulant consacrer toutes ses ressources à son industrie gazière.

Il est l'un des anciens de l'Organisation et pourtant le Qatar quittera l'Opep dès janvier 2019.

Le Qatar puise toutefois sa force dans le marché gazier.

Cet émirat du Golfe considéré comme le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié continuera, cependant, à exploiter son pétrole en dehors de l'OPEP.

Les représentants de l'OPEP présents à Vienne mercredi s'accordent à prévoir une réduction de leurs objectifs de production malgré la demande explicite de Donald Trump de maintenir leurs extractions en l'état.

Des délégués de l'Opep, qui compte 15 membres en comptant le Qatar, se sont efforcés de minimiser l'impact de ce départ qui n'en fait pas moins mauvais effet au moment où le cartel veut afficher un front uni pour redresser des cours du brut en baisse de près de 30% depuis leur pic du début octobre.

L'émir du Qatar a été invité par le roi d'Arabie saoudite à un sommet annuel du Golfe prévu dimanche à Riyad, en dépit d'une profonde crise diplomatique opposant les deux voisins depuis juin 2017.

Quelles conséquences pourrait avoir cette décision sur l'avenir de l'OPEP et sur la tenue des prix du pétrole?

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a besoin de la protection de son allié à la Maison-Blanche. mais aussi d'un baril plus cher pour mettre en oeuvre ses réformes économiques.

Les prix pétroliers ont enregistré un net rebond lundi, après l'accord conclu samedi entre la Russie et l'Arabie saoudite pour continuer à limiter leur production de pétrole.

Dans ce groupe d'États, la Russie et l'Arabie saoudite sont les deux plus grands producteurs de pétrole.

Après avoir lâché du lest sur le dossier yéménite, où des concessions saoudiennes ont permis aux belligérants de se retrouver en Suède pour entamer des pourparlers de paix, Ryad tend la main à Doha. "Nous nous sommes mis d'accord pour prolonger" cette limitation de l'offre de brut, a dit le président russe Vladimir Poutine en clôture du G20, cité par l'agence AFP.

Dernières nouvelles