Comment fonctionnerait la prime exceptionnelle pour les salariés ?

La prime pourrait atteindre 1000 euros nets de charges mais toute les entreprises ne pourront pas la verser

Gilets jaunes : Xavier Bertrand propose une " prime de pouvoir d'achat "

Le gouvernement va-t-il en appeler aux entreprises pour éteindre l'incendie des Gilets jaunes? "Lorsque j'entends (le président du Medef) Geoffroy Roux de Bézieux vouloir la hausse du Smic et demander à l'État de la financer seul, je me dis que les irresponsables ne sont pas que politiques", a tweeté le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM).

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a rétorqué sur France Info ne pas aimer "l'idée que les grandes entreprises c'est un tas d'or dans lequel on peut puiser finalement à sa guise", arguant qu'elles "sont sur des marchés très concurrentiels".

Pour redonner du pouvoir d'achat aux Français, en pleine crise des "gilets jaunes", Bruno Le Maire et Gérald Darmanin se sont déclarés favorables à l'instauration d'une prime de fin d'année défiscalisée jeudi. "Une prime totalement défiscalisée, j'y suis favorable, car ça permet de soutenir ceux qui travaillent", a aussi affirmé le ministre des Finances Bruno Le Maire ce jeudi matin sur France 2. "Cela diminue le bénéfice de l'entreprise, mais néanmoins il vaut beaucoup mieux pour nous (.) d'avoir la liberté de donner cette prime plutôt que, par exemple, d'augmenter la totalité des salaires", explique Alain Griset, président de l'U2P. Elle serait naturellement plafonnée et ne compterait pas pour la retraite, la rendant tout à fait neutre pour les caisses de l'Etat. Si aucun montant n'est pour le moment clairement défini, le chiffre de 1.000 euros par salarié, avancé notamment par l'organisation patronale CPME, constitue "une hypothèse", précise-t-on.

Un versement avant la fin de l'année va être compliqué tant le délai est court.

Dernières nouvelles