Les Gilets Jaunes lancent des cyberattaques contre le gouvernement

Des sites institutionnels ciblés par des cyberattaques de

Illustration Marina Hutchinson AP SIPA

La société de cybersécurité FireEye parle d'actions de cybermilitants ou hacktivistes liés au mouvement dit des gilets jaunes, et visant le gouvernement français.

Les équipes de Fireeye ont repéré des cyberattaques menées entre le 2 et le 4 décembre sur au moins cinq sites institutionnels, soit celui de l'Urssaf, du ministère de la Justice, de l'université Paris-Sud, de l'université de Lorraine et de la Fondation franco-américaine, a indiqué David Grout, directeur technique Europe et Moyen-Orient de FireEye. Sans grande surprise, il s'agit d'attaques par déni de service distribué pour tenter de surcharger le trafic de données et paralyser un site avec un serveur qui croule sous les requêtes. Ces attaques ont initialement été revendiquées par des groupes activistes, mais ensuite, les 4 et 5 décembre, ces attaques ont été à l'initiative des Anonymous France.

Samedi 8 décembre, les "gilets jaunes" promettent une nouvelle journée de mobilisation à travers tout le pays et notamment à Paris. Il précise que "sur une échelle de risque, ces cyber-activistes seraient notés à 5 sur 10" et que ce n'est "pas à la portée de tous mais pas d'une capacité digne d'un Etat ou de groupes beaucoup plus avancés dans le monde des cyberattaques". Mais il souligne que ces attaques "ont une capacité de nuisance qui peut être relativement gênante tout en restant modérée".

Dernières nouvelles