" "Mantes-la-Jolie. Blanquer " choqué " mais rappelle le contexte [Vidéos]

Les jeunes lycéens ont été forcés de s'agenouiller sous la pluie durant de longues minutes

Polémique sur l'interpellation de lycéens

Les jeunes sont entourés par des policiers. La vidéo a en effet été repérée sur le compte Twitter d'un policier par l'Observatoire des violences policières, précise Libération. "Je ne connais pas d'autres méthodes", a aussi fait valoir dans Le Monde Thierry Laurent, le directeur de cabinet du préfet. Mais le coeur du sujet n'est pas là, il est dans les manipulations qu'on cherche à faire, parce que dans les interventions de certains, il y a évidemment l'envie d'exciter les esprits et d'arriver à ce que la France soit dans un climat insurrectionnel.

Environ 150 jeunes ont été interpellés jeudi à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, après des incidents près du lycée Saint-Exupéry où deux voitures avaient été incendiées et où des heurts avaient éclaté avec la police. Il leur fallait bien trouver des moyens pour les faire tenir tranquilles.

Agenouillés mains derrière la tête, en rang: l'arrestation filmée de dizaines de lycéens à Mantes-la-Jolie a déclenché un tollé sur la toile, certains politiques jugeant la scène "insoutenable". Les conclusions de l'enquête seront publiquesEn conférence de presse, au sujet de ces arrestations, le ministre de l'Intérieur a invité à la "replacer dans un contexte" de violences commises par des jeunes ce jour-là.

"Ce ne sont pas des mouvements de lycées, mais de véritables violences urbaines", a-t-il assuré. Ils se sont livrés à des actes "totalement irresponsables", agressant des habitants, jetant des projectiles sur des automobilistes et saccageant des pavillons, a énuméré le ministre. "Si effectivement il y a eu faute, nous serons les premiers à les condamner, il n'y a aucune difficulté là-dessus". "Quand j'ai vu ces images, j'ai été choqué". "Non seulement ce n'est pas acceptable, mais en plus on s'interroge sur la chaîne de commandement", a soulevé le représentant du Syndicat national des enseignements de second degré. Où l'on stigmatise le comportement des forces de l'ordre. Le ministre a appelé à "remettre les images dans leur contexte". (...) Il faut faire très attention aux images découpées.

Ce vendredi, plusieurs images montrant des manifestations de jeunes reproduisant l'interpellation ont été diffusées sur les réseaux sociaux. La vidéo de Mantes-La-Jolie a été pour elle "un electrochoc": "C'est une provocation à l'égard des élèves, du mépris à l'encontre des profs: quand on entend dans la vidéo "Voilà une classe calme", cela sous entend qu'il faudrait nécessairement des flics pour tenir une classe!"

Plus de 700 lycéens ont été interpellés par les forces de l'ordre en France jeudi lors de la quatrième journée de mobilisation lycéenne, marquée une nouvelle fois par des incidents. Le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, a ainsi déclaré que si la réaction des policiers avait "été proportionnée", il trouvait "lamentable d'avoir filmé et diffusé" ces images. "Au nom de nos valeurs, de ce qui fonde ce que nous sommes, de notre République, au nom de ce dont vous êtes censé être le garant, halte au feu", a plaidé le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts David Cormand.

Dernières nouvelles