L’Église béatifie à Oran 19 religieux catholiques "tués dans la haine"

RYAD KRAMDI via Getty Images

RYAD KRAMDI via Getty Images

Ces 19 religieux, dont les sept moines de Tibhirine, avaient un grand attachement pour l'Algérie. Entre 1993 et 1996, pris à leur insu dans les conflits qui opposaient le gouvernement national et des groupes islamistes, 19 chrétiens, reconnus depuis lors comme martyrs, furent assassinés.

Les sept moines de Tibéhirine, immortalisés par le film Des hommes et des dieux, sont les plus connus. Avec ces trappistes, ce sont toutefois "dix-neuf martyrs d'Algérie", dont six religieuses, qui vont être béatifiés ce samedi 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception pour l'Église catholique.

Figurent aussi parmi les "martyrs" quatre Pères blancs mitraillés dans la cour de leur mission de Tizi-Ouzou (100 km à l'est d'Alger) fin 1994, ainsi qu'un frère mariste, une sœur de l'Assomption, deux sœurs espagnoles augustines missionnaires, deux sœurs de Notre-Dame des Apôtres et une sœur du Sacré-Cœur, tous tués par balles à Alger en 1994 et 1995.

Quelque 1.200 personnes, dont quelques centaines venues de l'étranger - familles, amis, pèlerins -, étaient rassemblées, sur l'esplanade de la chapelle Notre-Dame de la Cruz, qui domine la ville d'Oran (400 km à l'ouest d'Alger).

Tous refusèrent, malgré les risques croissants, de quitter l'Algérie et sa population, avec qui ils se disaient profondément liés. "Ils veulent, en même temps, prendre dans leur prière tous les fils et filles de l'Algérie qui ont été, comme eux, victimes de la même violence".

RYAD KRAMDI via Getty Images
RYAD KRAMDI via Getty Images

D'où la volonté de l'Eglise catholique que leur béatification ait lieu en Algérie, selon Mgr Paul Desfarges.

Une première béatification dans un pays à forte majorité musulmane.

Outre les proches des bienheureux, étaient également présents le clergé d'Algérie, des religieux catholiques et des imams, ainsi que le ministre algérien des Affaires religieuses Mohamed Aïssa et le secrétaire français aux Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne. Il a précisé que c'était la première fois que l'Église organisait une telle cérémonie dans un pays où 98 à 99% sont musulmans. "Ces gens ont passé leur vie au milieu de gens du pays, à leur donner ce qu'ils pouvaient leur offrir", a expliqué vendredi à l'AFP le père Thierry Becker, curé d'Oran depuis 1962, année de l'indépendance de l'Algérie et ancien adjoint de Mgr Claverie.

Ces 19 martyrs ont "bien été tués parce que chrétiens", a souligné récemment à Rome le père Rémi Bazin, un responsable de la Congrégation pour la Cause des Saints.

La cause en béatification a pu attester qu'ils ont été assassinés par "haine de leur comportement inspiré par la foi", a-t-il expliqué. Tous ont été assassinés pendant la guerre civile.

Dernières nouvelles