Gilets jaunes. Les annonces de Macron n’ont pas convaincu les Français

Edition numérique des abonnés

Sondage OpinionWay-LCI : une majorité de Français d'accord avec les mesures annoncées par Emmanuel Macron - LCI

Les mesures annoncées par le chef de l'Etat sont jugées "satisfaisantes" pour une majorité de Français mais elles ne sont pas pour autant suffisantes, selon un sondage Odoxa pour franceinfo et "Le Figaro" publié mardi.

Un mois après le début du mouvement des "gilets jaunes" et quatre samedis de manifestations émaillées de violences dans plusieurs villes de France, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures lundi 10 décembre, lors d'une allocution télévisée. Mais son allocution n'a pas convaincu les Français. A l'inverse, 50% des Français n'ont pas été convaincus.

Parmi les mesures annoncées par Emmanuel Macron, l'exonération de charges sur les heures supplémentaires est celle qui obtient le plus de satisfaction chez les Français (85 %), devant l'annulation de la hausse de la CSG pour les retraites de moins de 2 000 euros par mois (70 %) et les 100 € de plus par mois pour le Smic (61 %). Le chiffre est de 60% pour la défiscalisation des primes de fin d'année.

Par ailleurs, si le soutien aux Gilets jaunes reste majoritaire, à 66% contre 34%, le sondage montre qu'il faiblit.

Quelle conséquence sur la perception du mouvement des "gilets jaunes"? Ce sondage a donc laissé le temps suffisant aux Français pour digérer ses annonces. L'enjeu d'Emmanuel Macron "était de créer une brèche dans l'opinion, en s'adressant surtout à ceux qui soutiennent les Gilets jaunes" afin "de marginaliser les jusqu'aux boutistes", estime Christian Delporte, expert en communication politique, interrogé par l'AFP. "Si ceux qui ont soutenu les Gilets jaunes disent 'arrêtez', il aura gagné", selon lui.

Écouté par près de 23 millions de téléspectateurs, lundi soir, Emmanuel Macron n'avait pas le droit à l'erreur et se devait de convaincre un maximum de Français. Mais 72 % des Français estiment ne pas avoir été rassurés par le chef de l'État. La Bretonne Jacline Mouraud a, elle, appelé à "une trêve" en saluant "des avancées".

Dernières nouvelles