Un pic d'infarctus attendu à 22 heures — Noël

Attention vivre peut nuire à la sant

Attention vivre peut nuire à la sant

Pire, selon une étude suédoise, publiée le 12 décembre dans le British Medical Journal (mise en avant par Le Figaro), le risque d'infarctus augmente de 37% lors du premier réveillon des fêtes de fin d'année.

Foie gras, saumon, viande et bûche ultra-sucrée, le tout copieusement arrosé de champagne et de vin. Noël n'est pas connu pour ses repas diététiques. Pour certains, ces dîners de Noël sont même causes de stress. À cette période, les risques d'infarctus du myocarde augmentent en moyenne de 15 %.

Une étude suédoise observe une hausse de 37% du risque d'infarctus du myocarde le 24 décembre. Plus précisément, le pic se situerait aux alentours de 22 heures. Une étude réalisée entre 1998 et 2013, sur 283 000 personnes comptabilisant les victimes d'infarctus hospitalisées mais qui ne prend pas en compte celles décédées à domicile. Avec deux pics bien précis: le 24 décembre (+ 37 %) et le 1er janvier (+ 20 %).

Les personnes les plus à risque sont les plus âgées (+75 ans), celles qui souffrent d'une maladie coronarienne, comme des artères du cœur, ou encore celles qui sont atteintes de diabète.

Les chercheurs estiment que cette augmentation des risques d'infarctus est " peut être dû aux effets de l'excès d'alcool et d'alimentation, à l'exposition aux températures froides et au manque de sommeil ".

Dernières nouvelles