32 millions d'euros débloqués pour les salariés en chômage partiel — Gilets jaunes

Des gilets jaunes bloquent une autoroute à Donges, le 17 novembre 2018

Des gilets jaunes bloquent une autoroute à Donges, le 17 novembre 2018 REUTERS

Les principales victimes collatérales de la fureur des "gilets jaunes" contre le gouvernement semblent bien être les entreprises.

Dans des déclarations rapportées par les médias du pays, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud a indiqué que près de 58.000 salariés ont été mis au "chômage technique" en raison des manifestations des "Gilets jaunes", ajoutant que le gouvernement allait débloquer "en urgence" 32 millions d'euros pour faire face à cette situation.

Le 21 décembre dernier le gouvernement faisaient état de 43.000 personnes mises au chômage partiel, soit une hausse de près de 40%.

Le chômage technique ou partiel, aussi appelé " activité partielle", permet de suspendre ou de réduire temporairement l'activité des salariés tout en leur assurant une rémunération financée par l'État ou l'Unédic.

Plus de 90 % des salariés concernés travaillent dans des PME, principalement dans les secteurs du commerce, de la construction, de l'industrie et de l'artisanat, a ajouté la ministre qui s'est dite très "inquiète" par l'ampleur du phénomène. "Ce sont quatre millions d'heures de travail potentiellement perdues", a-t-elle ajouté sur BFMTV au lendemain d'une huitième journée de manifestation de "Gilets jaunes". "Aujourd'hui, c'est clair qu'un certain nombre d'entreprises et donc d'emplois sont menacés".

Les manifestations des "gilets jaunes", parfois émaillées de violences et de dégradations, ont des conséquences économiques, a affirmé la ministre soulignant que "l'effet indirect est monstrueux".

"Sur l'impact plus général sur l'économie, elle a estimé, sans citer de chiffres que " l'effet indirect est monstrueux ". "On le voit sur l'investissement étranger, sur la confiance à investir, il y a déjà des effets".

L'acte VIII des Gilets jaunes, qui s'est déroulé samedi dans toute la France, aura des répercussions économiques, a prévenu dimanche Muriel Pénicaud.

De son côté, l'Insee a estimé l'impact du mouvement à 0,1 point de croissance pour le dernier trimestre de 2018.

Dernières nouvelles