Lancement d'un plan d'action contre les traversées de la Manche — Migrants

Le HMS Mersey quittant le port de Porstmouth en Angleterre le 3 janvier 2019

Steve Parsons- PA Images via Getty Images Le HMS Mersey quittant le port de Porstmouth en Angleterre le 3 janvier 2019

Un navire de patrouille de la Royal Navy a été dépêché dans la Manche pour contrer les tentatives croissantes de traversée par des migrants à bord de fragiles embarcations, a annoncé le ministre britannique de la Défense dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ces mesures viennent en amont d'un plan d'action avec les Britanniques, actuellement en cours d'élaboration, et qui sera validé à l'occasion d'un déplacement prochain du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à Londres.

L'an dernier, 504 migrants, essentiellement iraniens, ont cherché à franchir la Manche et 276 d'entre eux "sont parvenus à atteindre les eaux et côtes britanniques", selon le ministère français de l'intérieur.

D'après M. Javid, 539 migrants ont tenté de traverser la Manche à bord de petites embarcations en 2018, dont 80% dans les trois derniers mois. "C'est notre intérêt, comme celui du Royaume-Uni, de tout mettre en œuvre pour ne pas laisser se développer de nouvelles filières qui seraient susceptibles d'attirer à nouveau des migrants irréguliers sur notre littoral". La coordination renforcée entre les forces de police/gendarmerie du Nord et du Pas-de-Calais et les moyens en mer du Nord et dans la Manche devraient permettre une surveillance permanente des espaces maritimes.

Le plan d'action franco-britannique prévoit davantage de patrouilles de surveillance, des actions pour démanteler les réseaux de passeurs, et des efforts pour sensibiliser les exilés à la dangerosité de ces traversées.

Ce plan "viendra compléter les mesures nationales prises de part et d'autre", avec notamment un engagement côté britannique de "prise en charge financière" pour sécuriser la frontière avec des drones, des radars ou de la vidéosurveillance.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur a mis en doute le statut de demandeur d'asile des migrants qui risquent leur vie en tentant de traverser la Manche, s'étonnant qu'ils ne déposent pas leurs demandes d'asile en France.

Dernières nouvelles