Il est possible de demander une révision des résultats annoncés (USA) — RDC

Le siège de la Céni la Commission électorale à Kinshasa en RDC le 9 janvier 2019

Le siège de la Céni la Commission électorale à Kinshasa en RDC le 9 janvier 2019

La France estime que les résultats de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo annoncés mercredi n'étaient "pas conformes" et que l'opposant Martin Fayulu en était "a priori" le vainqueur.

"Ayant obtenu 7 051 013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57 %, est proclamé provisoirement élu président de la République démocratique du Congo M. Tshisekedi Tshilombo Félix", a déclaré le président de la CENI, Corneille Nangaa tard dans la nuit de ce jeudi à la fin d'une plénière de compilation des résultats arrivant des 179 centres régionaux de compilation des résultats.

Feignant d'ignorer toutes les manipulations de ces derniers jours dans l'optique de pousser les Congolais à la révolte et en profiter pour annuler les résultats qui donnaient perdant le candidat du pouvoir Ramazani Shadary, le ministre français qui n'avance aucun argument pour soutenir ses dires, prend pour référence la déclaration du Secrétaire Général de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), l'abbé Donatien Nshole, qui avait affirmé le 3 janvier "que les données à sa disposition issues des procès-verbaux des bureaux de vote consacre le choix d'un candidat comme président de la République". Selon la Lucha, le scrutin a été remporté par Martin Fayulu de la coalition Lamuka.

Institution très respectée en RDC, la Conférence épiscopale nationale du Congo a déployé 40 000 observateurs lors le jour du scrutin.

" Il faut qu'on garde son calme, qu'on évite les affrontements et que la clarté soit faite sur ces résultats qui sont inverses à ce que l'on imaginait, à ce qui était avancé", a poursuivi Jean-Yves Le Drian.

Arrivé en deuxième position selon les résultats provisoire de la Ceni, Martin Fayulu crie au vol de sa victoire.

Depuis le report de l'annonce des résultats, des rumeurs faisaient état de tractations entre le camp du pouvoir et l'UDPS.

Une victoire du FCC aux législatives devrait rebattre les cartes de la configuration politique en RDC.

C'est la Cour constitutionnelle qui proclamera ensuite les résultats définitifs de la présidentielle.

Dernières nouvelles