Jean-Michel Aphatie trouve "son chemin de Damas" — Impensable

Jean-Michel Aphatie interpellé le 7 janvier par un

Jean-Michel Aphatie interpellé le 7 janvier par un"journaliste gilet jaune. Isadora Duncan YouTube

Beaucoup de "gilets jaunes", mais pas tous, pensent que les journalistes mentent.

Au menu de sa chaîne, des vidéos aux questions très orientées, des propos complotistes, le montant des salaires des personnalités, il évoque également la "quenelle" qu'il estime être anti-système alors que ce geste est considéré comme antisémite: le tout arrosé d'une bonne dose de propos violemment anti-médias. Quand ce curieux "journaliste" a interpellé l'homme d'affaires dans une de ses vidéos, en lui demandant, après l'avoir rapidement salué, s'il fallait voir dans ses prises de paroles sur les gilets jaunes une "manoeuvre politicienne" ou une "entente avec Macron" pour gagner son procès, ce dernier a sèchement répondu: "Vous n'avez rien d'autre comme connerie à me demander?" "Il traite l'éditorialiste de menteur, l'accuse d'être un " millionnaire du côté des puissants " avec un " appartement dans le 16e" deux affirmations immédiatement réfutées par Jean-Michel Aphatie. Enervé, Jean-Michel Aphatie répond: "Qu'est ce que vous croyez? Je ne citerai pas des noms (.) Depuis des années, des gens racontent aux citoyens que les journaux étant possédés par neuf milliardaires, les journalistes sont au service du capital". "J'ai voulu lui expliquer que les journalistes faisaient leur métier de manière honnête". Il a indiqué être "content de cette séquence", parce que "la seule chose qu'il démontre", "c'est son intolérance totale". Il complète sur C à vous en s'alarmant encore davantage: "Cette intolérance est le début de la guerre civile". Il faut sortir de ça. "Je crois que c'est le pire de tout", ajoute-t-il avant de préciser pourquoi il s'est arrêté pour échanger avec cet homme. Personne ne peut soutenir cet homme qui filme avec son portable. Selon Julien Bellver, qui relaie le tweet du journaliste Vincent Glad, ce "journaliste gilet jaune" serait en réalité Marc Rylewski, un paparazzi qui serait également à l'origine de la vidéo dans laquelle Franck Dubosc, interrogé à la sortie de son spectacle à Lausanne, renie finalement son soutien aux "gilets jaunes".

Jean-Michel Aphatie est revenu sur cette rencontre au micro d'Europe 1 jeudi, dénonçant le tas de "fantasmes stupides" véhiculés par son interlocuteur. "C'est à cause de ce genre de propos que des journalistes sont agressés aujourd'hui".

" Suivez toutes les infos de TV Magazine sur Facebook et Twitter".

Dernières nouvelles