Paris-Nice: un chrono de 25 km en milieu de semaine

Document ASO

Document ASO

"Course au Soleil ", qui se courra du 10 au 17 mars, entend conserver ce qui a fait son charme, l'incertitude jusqu'aux derniers moments de course. Les organisateurs qui ont présenté mercredi à Versailles le parcours de la 77e édition sont revenus à un "chrono" individuel conséquent pour une course d'une semaine, d'une distance équivalente à celle du contre-la-montre de Pau en juillet prochain dans le Tour de France. Parmi les autres nouveautés réservées par le directeur Christian Prudhomme et ses collaborateurs, figure également l'ascension pour la première fois de l'histoire de la Course au Soleil du col de Turini, que le Tour de France a déjà traversé (à trois reprises) et qui est davantage connu par les passionnés de sport auto, dans la mesure où il se dresse chaque année sur le parcours du rallye de Monte-Carlo, dont il est LA montée historique. Les grimpeurs tels que Romain Bardet (AG2R La Mondiale), Miguel Angel Lopez (Team Astana), Simon Yates (Mitchelton-Scott), Nairo Quinatna (Team Movistar) et Egan Bernal (Team Sky) seront particulièrement attendus.

"C'est un Paris-Nice un peu moins dur que les années précédentes", a prévenu toutefois François Lemarchand bien qu'il souligne la difficulté de la 4e étape arrivant à Pélussin (Loire), dans le massif du Pilat.

Les sprinteurs qui viendront en nombre (Groenewegen, Cavendish, Démare, Ewan, S. Bennett, Kristoff, Coquard) disposeront au moins de trois arrivées favorables en début de semaine, à partir du lancement de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).

"A titre exceptionnel", a ajouté Christian Prudhomme qui s'est aussi projeté sur la sélection à venir pour le Tour, quatre cartes d'invitation devant être distribuées. Cette année, c'est vraiment particulier. Il y a une très forte densité des équipes françaises de deuxième division.

Il a exclu qu'une solution comparable (23 équipes) puisse être adoptée pour le Tour dès lors que la contrainte réglementaire (8 coureurs et non 7 comme à Paris-Nice) est différente: "C'est complètement impossible. Il faudra faire un choix". " Car là, il ne pourra y avoir que 22 équipes".

Dernières nouvelles