Le réchauffement des océans "va plus vite que ce que nous pensions"

Une “zone morte” océanique quasiment privée d’oxygène. Crédits: iStock

Une “zone morte” océanique quasiment privée d’oxygène. Crédits: iStock

D'après cette nouvelle étude publiée ce jeudi 10 décembre dans la revue Science, le réchauffement climatique a été sous-estimé.

Au moment où le réchauffement de la planète prenait une trajectoire ascendante, poursuit-on, les océans ont joué le rôle d'amortisseur critique, et ont de ce fait ralenti les effets négatifs du changement climatique en absorbant à hauteur de 93% la chaleur confinée dans les gaz à effet de serre que les humains rejettent dans l'atmosphère.

Evaluer la température des océans a toujours été une mission difficile. "Aucun!" soulignent encore les auteurs.

La température des océans a en effet été revue à la hausse d'environ 40% pour la période 1971-2010, par rapport à un rapport scientifique de référence parrainé par l'ONU.

Parmi les conséquences de ce réchauffement, la réduction de l'oxygène peut endommager les récifs coraliens et le surplus d'humidité dégagé peut alimenter des tempêtes plus puissantes.

La nouvelle étude de Science, réalisée en mer grâce à des outils plus performants et qui compilent plusieurs travaux, confirme que la température des océans était sous-estimée. Les mesures étaient imprécises à cause du matériel utilisé: une sorte de thermomètre en forme de torpilles, des bathythermographes. Ils ne remontaient jamais à la surface et ne duraient pas longtemps. 3900 balises "Argo" flottantes et plongeantes ont été réparties sur le globe et fournissent des données bien plus complètes sur les 2000 premiers mètres, transmises par satellites avec une fréquence incomparable.

"Les océans nous sauvent donc d'un réchauffement massif"Si les océans n'absorbaient pas autant de chaleur, la surface de la terre se réchaufferait bien plus vite que maintenant", explique Malin L. Pinski, professeur d'écologie". "En fait, les océans nous préservent d'un réchauffement massif de la planète".

Mais les éco-systèmes marins meurent progressivement, le niveau de la mer augmente et les catastrophes naturelles se multiplient. "Nous pouvons certainement éviter les pires scénarii, mais nous ne pourrons plus revenir en arrière".

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire.

Dernières nouvelles