Collusions avec la Russie : le FBI a enquêté sur Donald Trump

Edition numérique des abonnés

Le FBI a enquêté en 2017 pour savoir si Donald Trump travaillait pour la Russie

Le président américain Donald Trump est confronté à de nouvelles accusations sur ses liens avec la Russie, le Washington Post affirmant qu'il aurait cherché à dissimuler les détails de ses conversations avec son homologue Vladimir Poutine.

Une enquête avait alors été ouverte avec deux volets: un volet contre-espionnage et un volet criminel, poursuit le quotidien américain. Par exemple, après s'être entretenu avec Poutine au G20 de Hambourg en 2017 (accompagné par son Secrétaire d'État de l'époque, Rex Tillerson), Trump a confisqué les notes de son interprète et lui a demandé de ne pas raconter leur conversation à d'autres membres de l'administration. L'investigation de la police fédérale américaine a été rapidement fusionnée dans l'enquête ouverte par le procureur spécial Robert Mueller sur des soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump pour l'élection présidentielle de 2016.

Il a qualifié de "ridicule" l'article du Washington Post, affirmant qu'il n'avait "rien à cacher".

Le FBI a ouvert en 2017 une enquête pour déterminer si le président Donald Trump travaillait pour le compte de la Russie, écrit le New York Times (en anglais), vendredi 11 janvier, en citant des sources anonymes. "Vont-ils nous rejoindre aujourd'hui", a tweeté Adam Schiff, nouveau président de la commission des affaires de renseignement de la Chambre des représentants.

Donald Trump a rencontré le président russe Vladimir Poutine plusieurs fois ces deux dernières années, mais contrairement au protocole habituel, il n'y a aucune transcription officielle de leurs conversations, même pas dans des dossiers classifiés.

"Ce qui est curieux, c'est que c'est le genre d'informations qui pourrait avoir renseigné les Russes, plus tard dans la campagne, lorsqu'ils ont lancé leurs efforts sur les réseaux sociaux", a-t-il ajouté. "The Washington Post est en premier lieu un lobbyiste d'Amazon", a indiqué Trump.

Donald Trump, qui nie catégoriquement toute collusion avec la Russie, critique régulièrement l'enquête de Robert Mueller (par ailleurs ancien directeur du FBI), qu'il considère comme une "chasse aux sorcières" et une machination visant à délégitimer sa présidence. Lors de sa repentance, M. Cohen avait avoué que Donald Trump ambitionnait de s'attaquer au marché russe, tout en niant officiellement avoir des projets là-bas, alors même qu'il cherchait à s'assurer de l'appui du gouvernement russe pour un projet immobilier à Moscou. Paul Manafort, qui a été un temps directeur de l'équipe de campagne de Trump, a été condamné pour des malversations financières liées à des activités en Ukraine antérieures à la campagne de 2016.

Et Michael Flynn, ancien conseil à la sécurité nationale du président, a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs sur ses liens avec des responsables russes.

Dernières nouvelles