Espace: Des mystérieuses ondes radio répétitives intriguent les astronomes

Entré en service en 2017 le radiotélescope CHIME- Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment- est à l'origine de ces nouvelles détections

Entré en service en 2017 le radiotélescope CHIME- Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment- est à l'origine de ces nouvelles détections

Elle rapporte qu'un télescope canadien surpuissant, du nom de CHIME, a capté un "sursaut radio rapide" à répétition, cet été. Ces impulsions d'ondes radio font partie des signaux les plus énergétiques et les plus énigmatiques de l'espace. En fait, elles émettent autant d'énergie en une milliseconde que le Soleil en 10 000 ans.

Depuis que leur existence a été mise en évidence en 2007, ils intriguent les scientifiques.

Aujourd'hui, une autre équipe de scientifiques vient d'annoncer avoir découvert une douzaine de flashs cosmiques dont un qui a la particularité de se répéter.

L'explosion d'une étoile à l'origine des FRB? En effet, parmi ces 12 FRB récemment détectés, l'un d'entre eux s'est répété à plusieurs reprises et semble provenir d'un seul et même endroit de l'espace. Si nous pouvions étudier plus de SRR répétitifs et plus de sources, nous pourrions peut-être découvrir la provenance de ces phénomènes et leurs causes. Jusqu'à maintenant une soixantaine avaient été détectés.

Mais ces théories ont commencé à vaciller quand, en 2012, une succession de sursauts radio rapides avec la même origine a été enregistrée par le puissant radiotélescope d'Arecibo situé sur l'île de Porto Rico. Ils soulignent également que cette deuxième succession de flashs radio pourrait laisser croire qu'il en existe d'autres. Plus précisément "d'un amas dense, comme un reste de supernova, ou encore d'un point situé près du trou noir central d'une galaxie". Ainsi, les spécialistes vont pouvoir se concentrer à ces FRB (de l'anglais fast radio bursts) et tenter de découvrir l'origine exacte de ce phénomène.

En effet, les chercheurs espèrent qu'avec le radiotélescope CHIME et la cartographie quotidienne de l'hémisphère nord, ils pourront détecter d'autres successions de sursauts. "A la fin de l'année, nous aurons peut-être trouvé 1.000 sursauts de plus", a ajouté Deborah Good, de la même université". Il faut souligner que la découverte de ces douze FRB ponctuels a été réalisée en seulement trois semaines et sans que le télescope CHIME fonctionne au maximum. Il n'est pas encore clair si les sources qui génèrent des signaux répétés sont différentes de celles qui n'en génèrent apparemment qu'un seul. Shriharsh Tendulkar, coauteur de l'étude et chercheur à l'université McGill à Montréal, estime qu'il est "extrêmement improbable " que ces FRB soient émises par des civilisations extraterrestres, même si "en tant que scientifique ", il ne "peut pas l'exclure à 100% ".

Dernières nouvelles