Les Hauts-de-France particulièrement touchés par le cancer

L'entrée de l'institut universitaire du cancer à Toulouse

L'entrée de l'institut universitaire du cancer à Toulouse

L'agence sanitaire Santé publique France a publié sur son site une "cartographie des cancers" inédite, sous la forme de 16 rapports régionaux.

Les données recueillies ont permis d'établir des estimations régionales et départementales de l'incidence et de la mortalité par cancer en France. La région présente ainsi, sur près de dix ans d'étude, la mortalité la plus élevée par cancer des régions de France métropolitaine à la fois chez l'homme et chez la femme.

La Paca est l'une des régions de France avec le taux de mortalité le moins élevé, tous cancers confondus, révèle une étude menée entre 2007 et 2016 par le Réseau français des registres des cancers, le Service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices Civils de Lyon, Santé publique France et l'Institut national du cancer.

Cette cartographie, qui porte sur 23 types de cancer, met en évidence de grandes disparités et des spécificités marquées selon les territoires.

Les cancers de la lèvre, de la bouche ou du pharynx apparaissent plus nombreux dans la région, ainsi que les cancers de l'oesophage, du foie et des testicules.

La Bretagne présente également un nombre de cas et une mortalité supérieurs à la moyenne nationale en ce qui concerne les cancers "liés à la consommation d'alcool et de tabac (œsophage et estomac pour les deux sexes, lèvre-bouche-pharynx et foie chez les hommes)". Chez la femme, aucun département n'est en sur ou sous-mortalité importante par rapport à la France. Ces maladies pourraient être favorisées par des consommations de tabac et d'alcool nocives pour l'organisme. En effet, dans ces territoires, les cancers liés à la consommation d'alcool chez l'homme sont aussi surreprésentés. "On suppose que cela se recoupe [dans le cas de la Bretagne et des Hauts-de-France], mais il est très difficile de donner une explication plus avancée que celle-là", explique Édouard Chatignoux, de la Direction Appui traitements et analyses des données de Santé publique France, à France info. La Bretagne se distingue aussi dans les cancers de l'estomac, de la peau.

"Des estimations montrent que plus de 4 nouveaux cas de cancers sur 10 chez les adultes de 30 ans et plus seraient attribuables à des facteurs de risque liés au mode de vie" (tabac, alcool, alimentation, surpoids et obésité), notent les experts. Chez l'homme et chez la femme, entre 2007 et 2016, le nombre de décès par cancer chaque année est respectivement de 8 989 et 6 161.

Dernières nouvelles