"Un complot et une trahison" : Carlos Ghosn passe à l'offensive !

"Un complot et une trahison" : Carlos Ghosn passe à l'offensive !

L'ancien PDG de Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi contre-attaque.

"Je ne vais pas fuir, je vais me défendre".

Ghosn a en outre démenti les accusations d'abus de confiance à son encontre en déclarant que les allégations de versements frauduleux via Nissan-Mitsubishi étaient une "déformation de la réalité".

Dans sa première interview à la presse depuis son arrestation en novembre dernier, l'ancien patron de Renault dénonce un "complot" du constructeur japonais pour l'évincer, et se défend de toute malversation. Il a accordé 20 minutes d'entretien au Nikkei depuis sa prison de Tokyo.

Une semaine après sa démission de la présidence de Renault, Carlos Ghosn a déclaré au quotidien économique japonais Nikkei être victime "d'un complot et d'une trahison" de la part des dirigeants de Nissan. Nissan a rapidement réagi en rappelant que son dirigeant avait "déjà catégoriquement réfuté la notion de 'coup d'Etat'".

Concernant les achats de maison à Rio de Janeiro et Beyrouth pointés du doigt par les autorités financières, il affirme que cela avait été validé par le service juridique de Nissan et qu'il avait besoin "d'un lieu sûr où travailler et recevoir des gens au Brésil et au Liban", ses deux pays d'origine.

Dernières nouvelles