La guerre est-elle déclarée — Facebook et Apple

Suite à l’affaire « Research », Apple a bloqué toutes les applications iOS internes de Facebook

Facebook: nouveau scandale de collecte de données, colère d'Apple

Pas plus tard qu'hier, nous nous faisions l'écho des informations recueillies par TechCrunch, selon lesquelles Facebook aurait rémunéré un panel d'utilisateurs, dont des adolescents, afin de récolter un maximum de données sur leurs comportements. Ce protocole de recherche était mené à l'aide d'une app installée sur le smartphone de chaque membre du panel.

En 2018, Apple avait déjà supprimé (de l'App Store pour le coup) le VPN Onavo de Facebook parce que celui-ci collectait des données sur les utilisateurs. Une décision qui a des conséquences directes: l'ensemble des versions bêta des applications Facebook, Instagram et Messenger (entre autres) ne fonctionnent plus pour les employés de Mark Zuckerberg.

Facebook calme le jeu Dans les faits, cela prive toutes les petites mains de Facebook disposant d'un iPhone de l'accès à certains services comme la coordination des tâches, l'organisation de covoiturage ou encore... les programmes et horaires des repas.

Il semblerait que Facebook n'ait pas été le seul à abuser du système d'Apple pour distribuer des applications réservées aux employés afin de contourner l'App Store et collecter des données détaillées sur les utilisateurs. Si Apple n'a pas encore réagit aux déclarations de Google, ils ont décidé de sanctionner Facebook en bloquant toutes les applications internes du géant des réseaux sociaux.

L'application de Google prévoit également un mode "invité " qui collecte beaucoup moins de données. Depuis 2012, l'app Screenwise Meter de Google récolte les données et trafic des utilisateurs iOS contre des récompenses. TechCrunch a mis en lumière cette pratique et cette application, qui n'a pas du tout plu à Apple. C'était une erreur et nous nous en excusons. Une application contestable, conçue par Facebook et accusée d'enfreindre les règles d'Apple, a été bannie d'iOS. Cette app est basée sur le volontariat et l'a toujours été. Cette information sur les méthodes de Facebook tombe au moment où le groupe, qui doit présenter ses résultats financiers mercredi, tente de surmonter l'impact de scandales à répétition, de la diffusion de données à l'insu des usagers, à la sous-estimation des manipulations politiques sur la plateforme par la Russie lors de la présidentielle américaine 2016, en passant par les attaques en règle contre ses critiques. Google profite aussi de l'occasion pour se payer Facebook, en précisant que la participation au programme est volontaire et surtout que l'entreprise est totalement claire sur le but avoué de l'opération.

Dernières nouvelles