Google admet avoir payé des utilisateurs pour obtenir leurs données perso

Facebook a secrètement payé des ados 20$ par mois pour accéder à leur téléphone

Facebook paye les 13-35 ans pour un accès total à leur smartphone

Pour ce faire, l'entreprise a repris le fonctionnement de son application "Onavo Protect", un outil censé protéger les données personnelles de l'utilisateur. Aujourd'hui, on en apprend un peu plus sur ce qui se transforme petit à petit en conflit ouvert entre la firme de Mark Zuckerberg et le géant californien Apple.

Pour passer outre son interdiction d'App Store, Facebook faisait télécharger l'application depuis des plates-formes tierces comme Applause, uTest ou BetaBound.

Pari gagné semble-t-il pour Facebook, qui devait à tout prix redonner confiance après une année marquée par les crises à répétition, en particulier autour des données personnelles.

Facebook ne nie pas l'existence de ce programme de collecte contre rémunération mais insiste sur le fait que les usagers ayant accepté d'y participer l'ont fait en parfaite connaissance de cause.

Attirer de (très) jeunes utilisateursMais Facebook a plus d'un tour dans son sac.

Dans un mémo diffusé hier, Facebook a assuré qu'il travaillait en étroite collaboration avec Apple pour corriger ce problème de certificat afin que tout redevienne normal et que les applications internes puissent être de nouveau installées. Cette somme est reversée dans le cadre d'un programme appelé "Facebook Research ", existant depuis 2016 - et surnommé " Project Atlas ". "Le but de ce projet est d'analyser les habitudes d'usage du téléphone et des applications en agrégeant les données d'un groupe d'utilisateurs".

Facebook peut également compter sur la croissance de sa base d'abonnés.

L'application Screenwise Meter a été retirée par Google himself. Selon lui, il y a un besoin d'éducation numérique à faire des internautes et mobinautes: "Il est assez remarquable de constater ce que les entreprises sont prêtes à faire pour accéder à des données personnelles, et en même temps, de réaliser la facilité avec laquelle les citoyens vont l'accepter". Une application mobile, Screenwise Meter, était proposée aux utilisateurs d'iOS. C'était une erreur et nous nous en excusons. Cette application est entièrement basée sur le volontariat et l'a toujours été. Ce n'est pas la première fois que Facebook récolte des données via une application. Nous n'avons pas eu accès aux données cryptées, et les utilisateurs peuvent désactiver le programme à tout moment.

Apple n'a pas encore réagi face à cette déclaration de la part de Google. La logique voudrait que sa décision soit identique à celle prise envers Facebook, au risque de donner l'impression d'un système à deux vitesses. Touché par une crise de croissance anticipée par le groupe avant même ces polémiques, Facebook avait connu des ratés courant 2018, l'ampleur du ralentissement surprenant les investisseurs.

Dernières nouvelles