Ces médicaments "plus dangereux qu'utiles" — Santé

Les sirops contre la toux sont plusieurs à faire partie de la liste noire

Les sirops contre la toux sont plusieurs à faire partie de la liste noire

Décontractant musculaire, sirop contre la toux, troubles d'estomac... Comme chaque année, la revue Prescrire a publié un bilan qui pointe du doigt des médicaments "plus dangereux qu'utiles". Ceux qui sont listés présentent donc plus d'effets indésirables que d'effets positifs sur la santé, voire sont proches du placebo. La pommade expose à de graves atteintes cutanées. Le registre des traitements critiqués - cancer, diabète, arthrose, allergies, maladie de peau, d'Alzheimer, sexualité, toux, arrêt du tabac, etc. - est vaste, pour des maux graves ou bénins. Les effets indésirables - dus au principe actif, la méphénésine - sont principalement des somnolences, nausées, vomissements, réactions allergiques graves et abus et dépendances (effets psychotropes).

L'antitussif à base d'oxomémazine, qui regroupe de nombreux produits, Toplexil et génériques dont Humex toux sèche oxomémazine, aurait selon la revue Prescrire des propriétés neuroleptiques et exposerait à des "effets indésirables disproportionnés".

La revue indépendante rappelle que des médicaments contre le rhume comme les vasoconstricteurs décongestionnant par voies orale ou nasale (l'éphédrine, la naphazoline, l'oxymétazoline, la phényléphrine, la pseudoéphédrine qui est contenue dans une dizaine de médicaments et le tuaminoheptane) exposent à un risque de troubles cardiovasculaires graves voire mortels (poussées d'hypertension, AVC, troubles du rythme cardiaque). "Les firmes ont intérêt à garder leurs médicaments sur le marché, car c'est une source de revenus, et les agences sont souvent réticentes et hésitantes à prendre la décision", explique Bruno Toussaint, directeur éditorial de Prescrire. Elle est disponible en accès libre, et incrimine 93 médicaments autorisés dont 82 commercialisés en France. Le Ketek, l'Uptravi et l'anticancéreux olaparib/Lynparza ont pour leur part été enlevés de la liste, car retirés du marché ou en cours d'analyse. Celle-ci, qui comporte déjà près d'une centaine de références, a été actualisée: s'y ajoutent l'Esmya, le Décontractyl, le Rectogesic, le Toplexil, l'Ocaliva et le Cimétidine Mylan.

Dernières nouvelles