Edouard Philippe s'invite à Lenax, petit village de l'Allier — Grand débat national

Le Premier ministre Edouard Philippe à Paris le 9 janvier 2019

Le Premier ministre Edouard Philippe à Paris le 9 janvier 2019

L'agriculture, en pleine crise, entre productivisme et crainte de la mondialisation? " On essaie de développer les circuits courts, mais on garde l'idée d'une agriculture qui soit compétitive".

" Je reconnais que la mesure est impopulaire " J'observe que, alors qu'on avait depuis trois-quatre ans des chiffres qui n'étaient pas très bons, on a significativement baissé le nombre de morts et, j'en suis presque encore plus fier, le nombre d'accidents graves", a développé Édouard Philippe.

"Lorsque la question des 80km/h a été abordée, Édouard Philippe a soutenu la réforme". " Je suis gilet jaune, c'est vrai, mais c'est aussi parce que je voulais pas que le monde rural soit oublié", explique un agriculteur, la quarantaine.

Dans le cadre du Grand débat national, une réunion était organisée par le maire du petit village de Lenax, dans l'Allier. " C'est une occasion unique". Il propose de ne laisser les 80 km/h que pour les petites routes de campagne sans peinture. Il y a défendu " sa " mesure, les 80 km/h et a été mis sur le grill sur les conditions de vie dans les campagnes.

" Il y a 189 morts en moins par rapport à l'année dernière, il y a jamais eu aussi peu de morts sur les routes françaises depuis qu'on compte: "en 2018, c'est un fait, sur le réseau à 80 km/h, il y a eu 116 morts en moins", a-t-il martelé". "C'est pas rien! ", défend Philippe. "Il se trouve qu'en 6 mois on a constaté des résultats ", a poursuivi le Premier ministre". " On est tous attachés à avoir un petit café où on peut se réunir, il faut vraiment nous aider ". "C'est compliqué de travailler à 577", a admis le Premier ministre". "J'y crois beaucoup mais j'ai pas encore la solution", reconnaît-il. "Un futur projet de loi va faire disparaître les numerus clausus, répond Edouard Philippe." Ah! ", saluent plusieurs dans la salle".

Le Premier ministre était accompagné pour cette visite surprise d'Emmanuelle Wargon, une des deux ministres en charge du débat, et du secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation Gabriel Attal.

Dernières nouvelles