France-Darmanin ne démissionnera pas du gouvernement-le Parisien

DARMANIN ANNONCERA

Tourcoing ou Paris? Darmanin décidera la semaine prochaine

L'exécutif exclut d'autoriser un ministre à cumuler sa fonction avec un mandat de maire, a indiqué l'Elysée à l'AFP vendredi, coupant court aux spéculations concernant un possible cumul du ministre des Comptes Publics Gérald Darmanin avec la mairie de Tourcoing. Ce qui reviendrait à augmenter les impôts de certains foyers quand le ministre défend souvent le principe d'abaisser la pression fiscale.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé, dans un entretien publié ce dimanche par Le Parisien, qu'il restait au gouvernement, alors que circulait depuis plusieurs jours l'hypothèse de son départ, notamment après le décès du maire de Tourcoing Didier Droart.

Le ministre a annoncé dans une interview au Parisien de lundi 4 février qu'il comptait réviser le dispositif de niches fiscales en diminuant le plafond global des niches, ou en les mettant sous conditions de ressources.

"Peut-être que l'on pourrait se dire que, quand on change son simple vitrage pour passer en double vitrage, la classe moyenne mériterait d'être aidée du fait de la transition écologique et que les gens qui gagnent beaucoup d'argent pourraient peut-être le financer en partie eux-mêmes", a déclaré Gérald Darmanin à l'occasion d'un point sur la réforme de l'impôt par prélèvement à la source. S'il est inférieur, il est 100% gagnant, puisqu'il n'a plus d'impôt à régler.

Cela fait longtemps que Gérald Darmanin soutient le principe de baisser les impôts. "Je rappelle que seuls 45% des Français sont imposables, et que les 10% les plus aisés payent déjà 70% du total de l'impôt sur le revenu!", affirme M. Darmanin.

Il existe actuellement près de 450 niches fiscales. D'autres sont accessibles à tous les Français, comme l'aide à l'emploi à domicile ou les frais de gardes jeunes enfants.

A l'instar du crédit impôt recherche ou l'abattement fiscal lors d'une souscription au capital d'une PME, de nombreuses niches fiscales soutiennent l'activité économique. L'immobilier ou le secteur de l'assurance bénéficient également de nombreux dispositifs de ce type. Sans surprise, ces " niches " fiscales, qui coûtent 14 milliards d'euros chaque année à l'Etat selon le ministre, ont toujours été plus ou moins dans le collimateur de Bercy. "Voilà une idée de justice fiscale", a-t-il ajouté.

Depuis 2009, un plafond a été instauré afin de limiter l'optimisation fiscale abusive.

Dernières nouvelles