Un agriculteur charentais face au géant Monsanto — Justice

Nicolas Hulot       AFP BERTRAND LANGLOIS

Nicolas Hulot AFP BERTRAND LANGLOIS

L'agriculteur charentais se bat pour que le géant américain soit reconnu responsable de son intoxication en 2004 à la suite de l'inhalation de vapeurs de Lasso, un herbicide commercialisé par Monsanto; il réclame plus de 1 million d'euros d'indemnités. Après plusieurs malaises, M. François avait été longuement hospitalisé et frôlera même la mort.

"Le lien entre les troubles neurologiques évoqués par P. François et le Lasso n'est pas établi. ça ne peut pas exister" a affirmé Me Eve Dumini, une des avocates du groupe, avant d'ajouter: "Il n' y a aucun témoin direct de ce qui s'est passé, il n'y a pas de preuve pertinente".

"Ce jour-là, Paul François aurait dû mourir" au vu de la toxicité du produit, a plaidé son conseil, Me François Lafforgue.

"Il faut bien voir que ce n'est pas le combat d'un homme mais celui des victimes des pesticides", a ajouté Me Lafforgue.

Alors que le tribunal lui avait donné raison en première instance, que la cour d'appel l'avait encore suivi, la Cour de cassation avait cassé ce dernier arrêt.

Ainsi, "fatigué, mais déterminé", le céréalier de 55 ans, s'est-il retrouvé, ce mercredi après-midi, pour la quatrième fois face à Monsanto, devant la cour d'appel de Lyon dont il attend la reconnaissance de son intoxication par l'herbicide Lasso. Parmi ses partisans, l'ancienne ministre de l'Ecologie et présidente de Génération Ecologie Delphine Batho a dit venir soutenir le combat "juste" de M. François, ce procès visant selon elle à "montrer à ces firmes qu'elles ne sont pas toutes-puissantes". Il a pu maintenir un emploi et a "aussi repris (sa) liberté d'agriculteur".

Pointant du doigt la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour avoir "mis tout son poids" pour empêcher la tenue de ce vote jusqu'à présent, il déplore également la position du président Emmanuel Macron, qui a déclaré le 25 janvier que la France ne parviendrait pas à se passer "à 100%" du glyphosate dans les trois ans comme il s'y est engagé.

Dernières nouvelles