Macron avec un millier de jeunes pour les intéresser au grand débat

Macron exhorte les jeunes à s'engager dans le grand débat

Grand débat: Macron a rencontré un millier de jeunes

"Au fond, ce que nous avons à faire, c'est inventer le pays dont nous voulons, ni plus ni moins", a-t-il lancé face aux jeunes, lycéens, étudiants et apprentis de 15 à 25 ans réunis dans le gymnase de cette ville de Bourgogne.

Appelés à exprimer leurs "convictions, doutes et interpellations", les jeunes ont témoigné de la cherté des études, des difficultés à entrer dans la vie active, des inquiétudes sur l'avenir de l'agriculture ou de la filière nucléaire.

Ce qui est important, c'est de laisser s'exprimer les jeunes, de laisser parler les jeunes, et dans ce débat, ce sont plus les jeunes entre eux qui doivent parler qu'Emmanuel Macron. "Faites de la politique", leur a-t-il lancé, en bras de chemise. Comme lors des cinq débats auxquels il a déjà participé depuis le 15 janvier, Emmanuel Macron sera placé au centre de l'agora et répondra aux questions, parfois très directes, des intervenants.

Le débat sera coanimé par les ministres français de l'Éducation Jean-Michel Blanquer et du Travail Muriel Pénicaud.

Un lycéen a interpellé le président sur le service national universel (SNU), qui "suscite beaucoup d'interrogations".

Le président "a pris un risque en venant devant nous", a commenté Sandra Delbeken, 18 ans, élève de l'établissement de réinsertion (Epide) d'Etang-sur-Arroux. "Il nous a donné une meilleure image de lui, celle de quelqu'un qui s'intéresse aux gens", a-t-elle ajouté, en regrettant toutefois un débat "un peu trop long".

"Tous les endroits sont bons pour s'adresser à la jeunesse, ce qui compte c'est de s'adresser à elle", a réagi jeudi 7 février Sophie Caillaud, la présidente du parti Allons Enfants, alors qu'Emmanuel Macron va échanger avec des jeunes en Saône-et-Loire dans le cadre du grand débat national. Il l'a exhorté à annoncer "des actions concrètes, rapides", car sinon "le rang des mécontents va grossir".

Une délégation de Gilets jaunes devrait être reçue à Autun par la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Emmanuelle Wargon, selon les informations de l'AFP.

Emmanuel Macron, qui remonte dans les sondages, prévoit de participer à un ou deux débats par semaine jusqu'à la fin du grand débat, prévue pour la mi-mars.

Dernières nouvelles