BREXIT : la Banque d'Angleterre est morose

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN BAISSE

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN BAISSE

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0, % à 0,6%.

À Paris, le CAC 40 perd 0,89% à 5.034,41 points vers 12h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,48% et à Londres mais le FTSE grappille 0,11% soutenu par Compass. En début d'après-midi, la Banque d'Angleterre (BoE), a abaissé sa prévision de croissance du PIB de la Grande-Bretagne pour cette année à 1,2 % contre une estimation précédente à 1,7 % faite en novembre.

Les craintes pour l'économie mondiale ont repris le dessus et celles autour des tensions commerciales et du Brexit sont loin d'avoir disparu alors que se profilent des échéances cruciales sur ces deux fronts.

Cette concession s'apparente à un lot de consolation offert par les Européens à la Première ministre britannique, venue spécialement à Bruxelles pour demander à l'UE de l'aider à modifier l'accord de Brexit, hypothèse maintes fois exclue par les Vingt-Sept.

Plus forte baisse sectorielle en Europe, l'indice Stoxx des médias cède 1,62%, lesté par Publicis (-11,78%), qui a annoncé un revenu net en repli de 0,3% à données comparables (+0,5% hors PHS), alors que les investisseurs s'attendaient en moyenne à une hausse de 2,5% selon un consensus de marché.

Le 10 ans américain cède plus de un points de base, autour de 2,69%.

L'annonce d'une diminution moins forte que prévu du nombre des inscriptions au chômage la semaine dernière aux Etats-Unis a eu peu d'effet sur la tendance.

Il entraîne dans sa chute son concurrent britannique WPP (-7,74%).

Société générale a perdu 6,78% après avoir annoncé des résultats au quatrième trimestre globalement conforme aux attentes du marché, tout en décidant à son tour d'abaisser ses objectifs financiers à l'horizon 2020.

La plus forte baisse du Stoxx revient à TUI, avec une chute de 16% à la Bourse de Londres, le premier voyagiste européen ayant fortement revu à la baisse sa prévision pour l'exercice 2018-2019. L'euro, affaibli par la baisse des prévisions de la Commission européenne, cède 0,19% à 1,134 dollars.

En hausse, Pernod Ricard est en tête du SBF avec un gain de 2,1% après avoir relevé son objectif de résultat opérationnel annuel et dévoilé les grands axes de son nouveau plan stratégique.

Les Bourses européennes ont vécu jeudi une séance aux allures de douche froide après la révision à la baisse des prévisions économiques de la Commission européenne et de la Banque d'Angleterre et avec les malheurs de Publicis, lourdement sanctionné après une publication trimestrielle jugée décevante par les investisseurs.

La livre sterling a creusé ses pertes contre l'euro et le dollar avant de se retourner à la hausse quand Mark Carney a insisté pendant sa conférence de presse sur le fait que la levée des incertitudes entourant le Brexit serait un facteur qui conduirait la BoE a davantage d'optimisme en matière de croissance et d'inflation.

Le numéro un mondial de la restauration collective Compass figure parmi les plus fortes progressions du Stoxx 600 (+4,3%), son chiffre d'affaires trimestriel ayant été bien accueilli.

Les prix du pétrole reculent alors que les stocks de pétrole américain ont augmenté et que le niveau de production se maintient à des niveaux record.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule sous 54 dollars le baril et le Brent retombe 62,5 dollars.

Dernières nouvelles