Guillaume Soro: '' je vais aller chercher le fauteuil pour m'asseoir confortablement ''

Le Raci

Guillaume Soro: « Je rends ma démission de l'Assemblée nationale »

Alors, venons-en à l'ordre du jour de notre Session extraordinaire.

En ce qui me concerne, il ne peut être question de défiance, mais plutôt du désir d'harmonie entre mes convictions, mes valeurs et ma conscience. Les deux hommes auraient trouvé un terrain d'entente sur ce point, après le refus de Soro d'adhérer au nouveau parti RHDP. N'est-ce pas le président Félix Houphouët-Boigny qui alléguait qu'aucun sacrifice n'est trop grand quand il s'agit de faire la paix.

La porte-parole du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), Agnès Monnet, a soutenu samedi à Abidjan que la démission vendredi de Guillaume Soro à ses fonctions de Président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, "est l'expression d'une grave crise institutionnelle", dans une déclaration.

Ces derniers temps, Guillaume Soro a été appelé de nombreuses fois à clarifier sa position vis-à-vis du parti présidentiel le RDR (Rassemblement des républicains) et encore plus vis-à-vis de la coalition élargie le RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix), dont le congrès constitutif a eu lieu le 26 janvier.

Rassurez-vous, chers collègues je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de président de l'Assemblée nationale pour l'aventure de mes convictions.

Ce combat, à mes yeux, vaut plus que le poste de président de l'Assemblée nationale. La priorité pour moi c'est Dieu, ma famille et mon travail.

"Refuser de démissionner conduirait à une crise institutionnelle". Selon le règlement de l'assemblée nationale, le doyen des vice-présidents pourrait lui succéder par intérim.

Oui, j'ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix, pour la Côte d'Ivoire, comme j'ai eu à le faire par le passé. "Je suis mu par un désir de conviction", dira-t-il.

Dernières nouvelles