Jeff Bezos dénonce les pressions de Trump et des Saoudiens

Jeff Bezos, le patron d'Amazon, en justice: des photos de sa maîtresse et de lui, NUS au coeur d'un chantage

Jeff Bezos dévoile le chantage à la photo intime dont il est victime

Le tabloïd menace de publier ces photos à moins que Bezos ne déclare publiquement que l'enquête sur sa vie personnelle menée par American Media Inc (AMI)., société mère de National Enquirer, n'a jamais été "politiquement motivée ou influencée par des forces politiques".

Dans un long texte publié hier jeudi, le patron d'Amazon explique qu'une publication américaine, le National Enquirer, menace de révéler ses messages et photos intimes s'il ne cède pas à ses demandes.

En contrepartie, le groupe s'engageait à ne pas utiliser des photos intimes, et potentiellement compromettantes, échangées entre Jeff Bezos et sa fameuse amie.

Le milliardaire a refusé de céder à ce chantage et publié jeudi le mail envoyé par le rédacteur en chef du National Enquirer. Si dans ma position, je ne peux pas m'opposer à ce genre d'extorsion, alors combien de personnes le pourraient? "Au lieu de capituler face à l'extorsion et au chantage, j'ai décidé de publier exactement ce qu'ils m'ont envoyé, en dépit du coût personnel et de l'embarras". Michael Sanchez fréquentait notamment Roger Stone, conseiller et proche du président américain, et Carter Page, ex-conseiller diplomatique de l'administration Trump. Il laisse ainsi entendre que ses enquêteurs se seraient intéressés aux relations entre AMI, dont le patron David Pecker est un ami de longue date de l'hôte de la Maison Blanche, et celui-ci.

Il a, depuis, accepté de collaborer avec la justice dans l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, un revers pour Donald Trump.

Enfin, Jeff Bezos avance une autre piste pour expliquer les attaques du National Enquirer et la fébrilité extrême d'AMI: l'Arabie Saoudite.

AMI a publié, l'an dernier, un magazine entièrement dédié à l'Arabie saoudite et diffusé aux Etats-Unis avec, en Une, le prince Mohammed ben Salmane, et vantant les qualités du fils du roi et sa vision moderne pour le royaume.

Or le prince a ordonné, selon plusieurs rapports officiels, le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, qui a collaboré au Washington Post, propriété de Jeff Bezos.

Dans une note de blog publiée sur la plateforme Medium, Bezos, qui possède également le Washington Post, affirme que le groupe American Media Inc (AMI), propriétaire de l'Enquirer, a tenté de le faire chanter.

Sollicité par l'AFP, le groupe AMI n'a pas réagi dans l'immédiat.

Dernières nouvelles