Bagelstein dépose plainte après un tag antisémite sur une vitrine à Paris

La vitrine a été taguée dans la nuit de vendredi à samedi

La vitrine a été taguée dans la nuit de vendredi à samedi. Capture écran

Les gérants du restaurant Bagelstein ont déposé plainte, a annoncé dimanche le cofondateur de la chaîne, Gilles Abecassis, après la découverte de l'inscription "Juden" ("Juif" en allemand) sur la devanture de leur magasin. "Il a probablement été fait dans la nuit de vendredi à samedi", a précisé ce dernier à l'AFP. Une source policière a confirmé à LCI qu'une enquête avait été ouverte pour identifier le ou les auteurs du graffiti. Le restaurant visé se trouve dans le centre de la capitale, sur l'Ile Saint-Louis.

" La plainte a été déposée samedi". La police est venue constater les faits. "Un tag antisémite en plein Paris. Un de trop. 'Juden' en lettres jaunes, comme si les plus tragiques leçons de l'Histoire n'éclairaient plus les consciences", a ainsi réagi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur Twitter. Notre réponse: tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné. Notre réponse: tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné. Notre honneur: "ne rien laisser passer ".

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a fait pour sa part un lien, dans un tweet, entre plusieurs faits survenus en fin de semaine: "L'antisémitisme le plus crasse dans les rues de la ville lumière". Qui aurait cru que plus de 50 ans après, leur fils, Arthur, s'indignerait aujourd'hui des actes antisémites commis en 2019 dans le pays où ils ont élu domicile: la France. Celui qui vit une grande histoire d'amour avec Mareva Galanter a ainsi partagé l'image de la vitrine taguée, avec en commentaire: " En France en 2019...

Plusieurs personnalités politiques et ministres du gouvernement d'Edouard Philippe ont vivement dénoncé l'inscription d'un tag antisémite sur la vitrine d'une boutique de bagels, ce samedi 9 février en amont de la mobilisation des gilets jaunes.

Nous sommes choqués, mais nous répondrons demain à ces abrutis sur un ton décalé de sale gosse. "Nous voulons garder notre bonne humeur", a expliqué le responsable de l'enseigne, qui dit avoir reçu " des milliers de messages de soutien, de Hong Kong, de Sydney, d'Europe de l'Est, de gens de milieux différents, pas seulement de confession juive ".

Dernières nouvelles