Total : les bénéfices du pétrolier au plus haut depuis 5 ans

Total : une production record et des bénéfices en forte hausse

Résultat en forte hausse pour le groupe Total en 2018

Pour le groupe Total, 2018 aura été une année plutôt fructueuse.

Dans ce tableau, c'est la branche exploration-production, à laquelle appartient le centre Jean-Feger, qui tire les résultats avec un résultat de 10,71 milliards de dollars, soit une hausse de 71% sur un an.

Total a en outre profité d'une croissance de 8% de sa production d'hydrocarbures qui a touché un "record" de 2,8 millions de barils équivalent pétrole par jour. Il vise encore des économies de 4,7 milliards de dollars cette année (après 4,2 milliards en 2018) pour des investissements nets de 15 à 16 milliards de dollars (après 15,6 milliards en 2018).

"Entre la croissance des productions et la discipline sur les dépenses, nous avons une claire visibilité de la croissance de notre cash-flow en 2019". En 2018, Total a aussi entamé en Afrique l'exploitation de ses projets en eau profonde de Kaombo North en Angola et d'Egina au Nigeria. Sur l'année, le bénéfice atteint 13,8 milliards, en progression de 28%.

Le groupe estime que la sensibilité de ses activités dans l'amont au prix du Brent s'établira cette année à 3,2 milliards de dollars pour 10 dollars de variation. À 10h, il cédait 0,74% dans un CAC 40 en baisse de 0,23%.

Il propose comme prévu un dividende de 0,64 euro au titre du quatrième trimestre, en hausse de 3,2%, et mettra un terme à l'option d'un paiement du dividende en actions à partir du mois de juin.

La production trimestrielle d'hydrocarbures du groupe s'est établie à 2,876 millions de barils équivalent pétrole par jour (le consensus tablait sur 2,854 millions), enregistrant elle aussi une hausse de 10%.

Le PDG a également réaffirmé les ambitions de Total en matière de production et de distribution d'électricité, avec notamment la perspective d'un rachat de deux centrales à gaz en France aujourd'hui exploitées par l'allemand Uniper qui lui permettra d'atteindre son objectif de 3 gigawatts (GW) de capacités de production pour ce type d'actifs.

Total avait annoncé plus tôt jeudi une "importante" découverte de gaz à condensats sur les champs de Brulpadda, situés sur le bloc 11B/12B dans le bassin de l'Outeniqua, à 175 kilomètres au large de la côte sud de l'Afrique du Sud. En hausse de 8 %, elle atteint 2,8 milliards de barils équivalents pétrole par jour en 2018. Total prévoit également, avec ses partenaires, la réalisation d'une acquisition sismique 3D qui permettrait le forage de quatre puits.

Dernières nouvelles