Une mobilisation persistante et en recul des "gilets jaunes" pour l'acte 13

Paris ce samedi 9 février

Paris ce samedi 9 février

Dans la capitale, la manifestation, déclarée en préfecture, s'est élancée dans la matinée de la place de l'Étoile.

La semaine dernière, près de 58 000 personnes ont manifesté sur l'ensemble du territoire, selon les autorités. Delà, le défilé a mis le cap vers le pont de l'Hippodrome. Pendant qu'une partie est restée sur place, avant de se séparer au bout de quelques minutes, le gros des Gilets jaunes ariégeois a choisi de braver les interdits préfectoraux.

À Saint-Omer, une soixantaine de Gilets jaunes organisait " les funérailles du pouvoir d'achat ".

Les choses sont rentrées dans l'ordre et, pendant un peu plus de deux heures, les protestataires sont restés du bon côté de la barrière et ont même pique-niqué au soleil, appréciant les coups de klaxon de soutien de très nombreux automobilistes qui se dirigeaient vers les pistes de ski.

La pause-café a, ensuite, eu lieu à proximité du rond-point de Peysales.

Après de longues minutes, les gilets jaunes ont fini par évacuer les abords de la Préfecture, pour se diriger vers la Comédie et la Gare.

Comme nos confrères du HuffPost l'avait souligné, les manifestations des "gilets jaunes" sont depuis plusieurs semaines le théâtre d'affrontements entre nationalistes et militants d'extrême gauche. Et cinq personnes ont été interpellées. Du mobilier urbain et des distributeurs de banques ont été cassés, une dizaine de véhicules incendiée, principalement des voitures de luxe mais aussi une voiture de la mission antiterroriste militaire Sentinelle.

Ainsi, à 16h, la préfecture du Rhône annonçait l'interpellation de 16 individus. Puis les gendarmes ont commencé à avancer, pour faire reculer les manifestants.

La manifestation a été marquée par de nouveaux affrontements avec les forces de l'ordre.

La tension est également montée crescendo à Lyon, où des heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordre, qui ont empêché à plusieurs reprises le cortège d'entrer dans le centre-ville.

13 personnes ont été placées en garde à vue pour participation à attroupement en vue de commettre des violences, violence sur personnes dépositaires de l'autorité publique sans ITT ou rébellion.

Dernières nouvelles