Un fourgon pénitentiaire visé par des manifestants à Paris samedi — "Gilets jaunes"

Un Gilet jaune a une main arrachée lors de l'acte 13 à Paris

Sputnik. Un Gilet jaune a une main arrachée lors de l'acte 13 à Paris

Les enquêteurs le soupçonnent également d'être impliqué dans l'incendie d'une Porsche, celle du chef-cuisinier Christian Etchebest, selon le Parisien, et dans des violences visant un fourgon de l'administration pénitentiaire, non loin des Champs-Elysées, l'un des épicentres habituels de la mobilisation des "gilets jaunes". Samedi vers 17h30, le fourgon ramenait un détenu qui avait fait l'objet d'une extraction médicale en direction de la maison d'arrêt de Nanterre quand il a été "pris à partie dans les rues de Paris par des manifestants 'gilets jaunes'", indique un communiqué du ministère. Il est passé à quelques centimètres d'un des surveillants. "Le chauffeur a dû effectuer une accélération d'urgence pour éviter un cocktail Molotov qu'un manifestant s'apprêtait semble-t-il à projeter en direction de la vitre explosée", décrit le ministère de la Justice dans un communiqué. Par contre, ils sont terriblement choqués des événements. Elle a également adressé son soutien aux fonctionnaires, ainsi qu'au chauffeur qui ont su avoir les bons réflexes professionnels. D'ailleurs, il a indiqué que la localisation donnait compétence, a priori, au parquet de Paris.

Devant l'Assemblée nationale, en début d'après-midi, un manifestant âgé d'une trentaine d'années a été grièvement blessé à la main.

Des magasins, des banques, des distributeurs automatiques de billets et des voitures de luxe ont été saccagés et incendiés à proximité de la tour Eiffel.

Selon BFM TV, qui cite des sources au sein des organes judiciaires, 17 personnes ont été interpellées dont 10 placées en garde à vue.

Dernières nouvelles