86 députés plaident pour le retour de la hausse — Taxe carbone

Taxe carbone: 86 députés réclament son retour

Les députés à l'Assemblée nationale

Faut-il rétablir la taxe carbone?

De nombreux députés et ministres se sont prononcés ces derniers jours pour de nouvelles hausses des prélèvements sur les carburants, rapportent les médias français. Une stratégie jugée "efficace" dans la lutte contre le réchauffement climatique, mais que l'exécutif a provisoirement interrompue en décembre, face à la crise des gilets jaunes.

Dans une tribune publiée dans " Le Figaro ", ce mercredi, 86 députés demandent le retour de la taxe carbone, dans une version " juste et lisible ". "C'est comme le cheval: quand vous tombez, il faut remonter tout de suite, sinon vous en aurez peur toute votre vie", justifie une source ministérielle favorable au rétablissement de la fiscalité carbone. Tout en appelant à préserver les ménages modestes des effets de ces hausses et à en consacrer le produit à la transition énergétique. "C'est le moment ou jamais d'en débattre", a jugé mardi sur Europe 1 le ministre de la Transition écologique, François de Rugy. Deux secrétaires d'État rattachées au même ministère avaient auparavant évoqué un possible retour de la taxe. Un avis partagé le lendemain par Emmanuelle Wargon.

"Beaucoup de nos concitoyens sont convaincus que la fiscalité carbone n'est qu'un prétexte pour faire payer toujours plus les Français, pour augmenter sans cesse les dépenses publiques dont ils ne perçoivent plus les bénéfices", constatent les députés.

Il a toutefois précisé que la taxe ne serait acceptable que si l'argent collecté était dédié "à 100 % à la transition écologique et aux aides pour ceux qui en ont le plus besoin".

"Pour nous, la fiscalité carbone n'est pas un dogme, pas plus qu'un marqueur politique", assurent les signataires, parmi lesquels figurent le rapporteur du Budget Joël Giraud (LREM), la présidente de la commission du Développement durable Barbara Pompili (LREM), mais aussi Erwan Balanant (MoDem), Jean-Christophe Lagarde (UDI-Agir), Guillaume Garot (PS) ou Bertrand Pancher (Libertés et Territoires).

Dans cette tribune, cinq groupes politiques sont représentés, mais pas les députés Les Républicains, LFI ou du Rassemblement national.

Le chef du groupe LREM à l'Assemblée Gilles Le Gendre se défend de mettre de l'huile sur le feu en remettant sur le tapis la question de la taxe carbone, car " il n'y a aucun tabou dans les quatre chapitres du Grand débat national. "Aujourd'hui, je ne vois pas d'hypothèse dans laquelle on peut facilement repartir avec une augmentation de cette taxe, ça c'est clair", a publiquement convenu Edouard Philippe en janvier.

Dernières nouvelles