Iran : 40e anniversaire de la Révolution

La guerre économique américaine contre l'Iran n'atteindra pas ses objectifs (président iranien)

40 ans de la République islamique d'Iran: la foule se rassemble à Téhéran

La Maison-Blanche a stigmatisé lundi "40 années d'échec" en Iran où l'anniversaire de la victoire de la Révolution islamique a été célébré à travers le pays.

"Aujourd'hui, le monde entier doit savoir que la République islamique d'Iran est infiniment plus puissante qu'à l'époque de la guerre", dit-il alors que l'Iran est accusé par les États-Unis et l'Europe de "déstabiliser" le Moyen-Orient à cause de son soutien militaire et financier aux autorités de Damas, au Hezbollah libanais, ou de son appui militaire au gouvernement de Bagdad.

Des milliers d'Iraniens convergent lundi matin vers la place Azadi, dans le centre de Téhéran, pour un rassemblement à l'appel des autorités afin de marquer le quarantième anniversaire de la République islamique, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dès le matin, dans les rues de la capitale pavoisées aux couleurs nationales (vert, blanc, rouge), les Iraniens ont commencé à se diriger vers la tour Azadi, monument emblématique inauguré en 1971 par le dernier chah à l'occasion des fêtes marquant le 2.500e anniversaire de l'Empire perse.

Au sein de la foule, nombreux étaient les drapeaux iraniens, les portraits d'Ali Khamenei (l'actuel guide suprême de la Révolution) ou encore les pancartes brandies par les participants. "Mais s'ils nous attaquent, nous raserons intégralement Tel Aviv et Haïfa", a-t-il notamment déclaré lors de son discours. "Mort à l'Amérique", "A bas l'Angleterre", "Mort à Israël" ou encore "Nous piétinerons les États-Unis" pouvait-on lire sur certaines d'entre-elles.

Les États-Unis n'ont plus de relations diplomatiques avec l'Iran depuis 1980.

Depuis son élection, Donald Trump a adopté une politique ouvertement hostile à l'Iran et certains responsables à Washington n'hésitent pas à appeler de leur vœux un "changement de régime".

Dernières nouvelles