Le narcotrafiquant El Chapo jugé "coupable" par un jury de New York

LE BARON DE LA DROGUE

LE BARON DE LA DROGUE"EL CHAPO GUZMAN RECONNU COUPABLE AUX USA

"El Chapo", premier baron de la drogue extradé aux Etats-Unis à avoir préféré un procès à un "plaider coupable", n'a manifesté aucune émotion à la lecture du verdict, se contentant d'échanger un signe complice avec son épouse après la sortie du jury. Les 12 jurés du tribunal fédéral de Brooklyn ont jugé El Chapo, emprisonné depuis deux ans dans une prison fédérale de haute sécurité à New York, coupable des 10 chefs d'accusation à son encontre. A commencer par le principal, à savoir qu'il avait co-dirigé le puissant cartel de Sinaloa, responsable de l'exportation de centaines de tonnes de cocaïne et d'autres drogues aux Etats-Unis entre 1989 et 2014.

Âgé de 61 ans, "El Chapo", de son vrai nom Joaquín Guzmán Loera, est considéré comme un hors-la-loi légendaire et un héros sombre au Mexique.

Plus de cinquante personnes ont témoigné pendant les onze semaines son procès, jetant la lumière sur les méthodes du cartel de Sinaloa, dans l'Etat montagneux du nord-ouest du Mexique où Joaquin Guzman est né dans un village pauvre avant de se bâtir un empire grâce au trafic de drogue.

Après le prononcé de la sentence, qui n'est pas attendu avant plusieurs mois, El Chapo pourrait être transféré dans une prison du Colorado parfois surnommée "l'Alcatraz des Rocheuses", considérée comme une des plus sûres des Etats-Unis.

"Pour le meilleur ou pour le pire, c'est quelqu'un qui ne renonce jamais", a souligné un autre de ses avocats, Bill Purpura. Ils l'ont tous accusé d'avoir codirigé le puissant cartel de Sinaloa, organisant l'export de plus de 155 tonnes de cocaïne colombienne vers les Etats-Unis ou la corruption des autorités mexicaines, ordonnant violences et tortures pour neutraliser les cartels rivaux. Les enquêteurs américains ont fait défiler à la barre 56 témoins. Une corruption qui se serait traduite, selon certains témoins, par le versement de millions de dollars de pots-de-vin au plus haut niveau du gouvernement mexicain, jusqu'à l'ex-président Enrique Pena Nieto, même si ce dernier a toujours nié avoir touché de l'argent des narcotrafiquants.

Les avocats de la défense ont dénoncé devant les jurés un procès "farce", assurant qu'El Chapo n'était qu'un bouc-émissaire d'un gouvernement mexicain corrompu.

Dernières nouvelles