Un boulanger refusant de servir un policier en garde à vue

Gilets jaunes en France garde à vue pour un employé d’une boulangerie qui avait refusé de servir un policier

Acte 12: garde à vue pour le boulanger ayant refusé l’entrée de son magasin à un policier

Mais les enquêteurs de la police ont pu apporter des informations nouvelles. La seule possibilité pour qu'il rentre: qu'il se défasse de sa cagoule et de son arme. Il aurait finalement avoué lorsqu'un officier de police judiciaire lui a présenté une photo de son geste. Heureusement, les investigations sont allées plus loin que la scène filmée et diffusée, indique Yvan Assioma, patron du syndicat Alliance à Paris. "L'enquête a bien démontré que le boulanger méritait d'être poursuivi pour ses gestes outrageants qui constituent un délit". L'ensemble des faits reprochés à Emmanuel G. n'y apparaissent que partiellement. Il a immédiatement été placé en garde à vue. Sur la vidéo, on voit un policier en civil que l'on ne laisse pas entrer dans une boulangerie du troisième arrondissement de Paris lors d'une journée de mobilisation des "gilets jaunes".

Voici la discussion entre le policier et l'employé qui porte essentiellement sur le port d'arme du fonctionnaire."Tu vois une arme?", demande le policier. L'altercation qui ne dure que 20 secondes est retranscrite dans une vidéo relayée par Le Parisien. "Je ne sais pas, je vous préviens juste ", lui répond l'homme sur le pas de la boutique. "Si vous n'avez pas d'arme, c'est bon" - "bon je crois que je vais aller ailleurs et après je peux aussi aller regarder ailleurs, vous avez plein de vitrines.", finit par déclarer le fonctionnaire avant de s'en aller.

"Si vous n'avez pas d'arme, oui", dit le boulanger. [.] Une street medic [des manifestants secouristes, NDLR] blessée se trouvait à l'intérieur du magasin. Le responsable du magasin a accepté de leur servir un café, mais seulement s'ils enlevaient cagoules et armes. "Et ils n'ont pas apprécié", a-t-il raconté au quotidien.

Dernières nouvelles