Poursuivi pour agression sexuelle, Koffi Olomidé absent au procès en France

Poursuivi pour agressions sexuelles sur quatre de ses danseuses le roi de la rumba congolaise Koffi Olomidé sera fixé sur son sort le 18 mars

Le roi de la rumba congolaise jugé pour des agressions sexuelles à Asnières

A la sortie de la 20ème chambre du tribunal correctionnel de Nanterre, les avocats de Koffi Olomidé, Emmanuel Marsigny et Eric Dupond Moretti, et les proches de la star congolaise étaient confiants pour le jugement qui sera rendu le 18 mars prochain.

Agé de 62 ans, le chanteur est poursuivi pour atteintes sexuelles avec violence, contrainte, menace ou surprise par personne ayant autorité et pour séquestrations.

Antoine Christophe Agbepa Mumba du vrai nom de Koffi Olomidé, la soixantaine révolue sera jugée en France où il est soupçonné d'avoir agressé et séquestré quatre de ses danseuses qu'il hébergeait dans un pavillon à Paris en marge de ses concerts. Selon les informations de la Nouvelle Tribune, il a toujours rejeté ces accusations à son encontre, puisque pour lui, c'était bien le fruit d'un grossier montage de ses collaborateurs danseuses, pour vivre à ses dépends en France.

Koffi Olomidé se fait rattrapper par son passé.

Olomidé est également accusé d'avoir facilité le séjour irrégulier en France des quatre plaignantes, toutes des congolaises.

Mis en examen en février 2012 pour viols aggravés, le chanteur congolais avait vu les chefs de poursuite retenus contre lui allégés et la procédure correctionnalisée. En 2012, il avait aussi été condamné pour des violences sur son producteur. Lorsque leur patron en exprimait le désir, l'un des gardes les conduisait à lui, à l'hôtel ou au studio d'enregistrement le plus souvent, affirment-elles, évoquant des rapports imposés sans préservatif et des gifles quand elles se débattaient. Appelé à comparaître dans la capitale zambienne en septembre dernier, le prévenu ne s'était pas présenté.

Une promeneuse qui avait dérangé une harde de chamois en Gruyère a écopé d'une.

Deux députés fribourgeois veulent abolir l'examen d'admission à la passerelle.

La décision de la justice française sera connue le 18 mars.

L'armée aurait dû retirer son pistolet à l'ancien soldat qui a tué un policier.

La Justice suisse entame sa mue numérique.

Dernières nouvelles