Marine Le Pen écrit à Alain Finkielkraut — Antisémitisme

Agnès Buzyn

Agnès Buzyn

Concernant le mouvement Gilets jaunes, le ministre des Solidarités et de la Santé a estimé que celui-ci s'était "profondément transformé".

Le philosophe a été violemment pris à partie samedi par des gilets jaunes aux cris de: "Barre-toi, sale sioniste de merde", "grosse merde sioniste", "nous sommes le peuple", "la France, elle est à nous". "La prochaine étape, ce seront des violences physiques", a alerté la ministre, rappelant que les actes antisémites ont augmenté de 74% en 2018. Elle a vivement critiqué le fait que Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise "ne condamne pas" les attaques contre Alain Finkielkraut. "C'est un naufrage, Jean-Luc Mélenchon", a-t-elle lancé, rappelant qu'il "a été républicain, il a été ministre, il a été sénateur, il a été élu européen".

Agnès Buzyn, invitée dimanche sur LCI, a attaqué à la fois Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen dans leur attitude après les propos antisémites visant Alain Finkielkraut. Qu'en pense le principal intéressé? Ce dernier a par la suite tweeté à plusieurs reprises après les insultes dont Alain Finkielkraut a été victime: "Conscient de l'instrumentalisation de l'antisémitisme, je crois aussi qu'il ne faut jamais laisser passer le racisme".

Il a également réagi aux propos d'Agnès Buzyn, dénonçant un manque de sincérité de la part du gouvernement: "Agnès Buzyn, au nom du gouvernement contre la France insoumise, montre que pour les macronistes la lutte contre l'antisémitisme n'est pas sincère".

"Elle est contre l'antisémitisme mais elle a plein de néonazis dans son entourage" et "dès qu'elle peut aller en Autriche ou à Bruxelles rejoindre les néo-nazis et mouvements d'extrême droite d'Europe et du monde entier, elle y court", a commenté Agnès Buzyn, concluant: "Elle mange à tous les râteliers".

Peu de temps après la diffusion de l'interview, via son compte Twitter, la présidente du Rassemblement national a indiqué que la ministre "en répondra devant la justice" après les propos "infâmes".

Quant à Marine Le Pen, qui a dénoncé "un acte détestable et choquant" commis, selon elle, par "des militants d'extrême gauche", Agnès Buzyn l'a accusée de jouer "un double-jeu". "C'est ce que j'ai à dire aujourd'hui". Marine Le Pen a répliqué sur Twitter dimanche soir, menaçant la ministre de poursuites judiciaires.

Dernières nouvelles