Mediapart fait de nouvelles révélations — Alexandre Benalla

Morandini Live: l’affaire Benalla une affaire d’État

L'affaire Benalla rebondit et met en doute sa parole

L'Élysée a démenti avoir envoyé de tels messages, mais quoi qu'il en soit la rencontre des deux hommes pose en elle-même un grave problème: devant la commission d'enquête du Sénat, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont affirmé sans équivoque, et sous serment, qu'ils n'avaient plus eu aucun contact depuis la date de leur mise en examen, le 22 juillet. Selon nos informations, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, a écrit ce mardi 12 février un courrier au président de la commission de déontologie de la fonction publique. De plus, en dépit des révélations du site d'information sur "la violation de son contrôle judiciaire, ses parjures devant le Sénat et ses mensonges sur le contrat russe", Alexandre Benalla a été vu, en fin de semaine dernière, dans un cabaret de Marrakech, le Lotus Club, "où il a pris du bon temps", ironise Mediapart, photo à l'appui.

Mediapart dévoile ainsi qu'à l'Élysée, tandis qu'il était habilité "secret-défense", Alexandre Benalla a "personnellement négocié un contrat de sécurité de 294 000 euros avec un oligarque proche de Vladimir Poutine", selon les propos d'un ancien policier dont la société a été sous-traitante du marché. "Alexandre Benalla ne devrait pas dormir en prison ce soir".

Hier, le parquet national financier (PNF) a confirmé avoir ouvert une enquête sur ce contrat.

Des journalistes avaient tenté de vérifier auprès de Matignon l'hypothèse selon laquelle la conversation entre Vincent Crase et Alexandre Benalla, dévoilée par Mediapart, aurait pu être enregistrée au domicie de Marie-Elodie Poitout.

Le site d'investigation révèle ainsi que l'ancien conseiller de Macron a conclu certaines de ces affaires depuis l'Élysée même, et qu'un contrat avec un second oligarque russe proche de Vladimir Poutine a été passé.

C'est la deuxième fois que l'ancien fonctionnaire de l'Elysée conclut un accord avec un oligarque russe pour le même montant. Cette femme a décidé de quitte son poste afin "d'écarter toute polémique". Il l'avait racheté à Roman Abramovich, un autre oligarque russe proche du Kremlin, actuel propriétaire du club de football de Chelsea.

L'affaire Benalla qui depuis septembre contribue à la crise au sommet de l'État et à l'effritement du macronisme, n'en a pas fini d'offrir de nouveaux épisodes.

À cet embrouillamini de personnages, il convient d'en ajouter un dernier, Mohamad Izzat Khatab, qui a abrité Alexandre Benella après l'éclatement de l'affaire, l'été dernier, et l'a reçu à plusieurs reprises en compagnie de Chokri Wakrim.

Dernières nouvelles