Facebook veut se recentrer sur la sphère privée

Le changement de cap de Facebook : Révolution ou poudre aux yeux?

Facebook se referme pour mieux grandir - Toute l'actualité de la Guadeloupe sur Internet - FranceAntilles.fr

Face à un manque d'intérêt flagrant des plus jeunes générations, le dinosaure des réseaux sociaux compte clairement orienter son développement vers des communications privées, chiffrées de bout en bout et éphémères. Néanmoins, l'entreprise s'attend à ce que dans l'avenir, les utilisateurs soient plus présents sur les canaux privés comme WhatsApp ou Messenger, que sur les canaux de communication publics. Avec l'émergence de modes de communication plus intimes et refermés, Facebook se voit priver d'un accès aux données personnelles, base de son modèle économique. L'avenir nous le dira, mais quoi qu'il en soit, il fait preuve d'une rare lucidité en écrivant "franchement, nous n'avons pas actuellement la réputation de créer des services de protection de la vie privée".

"Ces prochaines années, nous allons reconstruire davantage de services autour de ces idées", annonce M. Zuckerberg.

Pendant 15 ans, Facebook s'est donné pour mission d'être toujours "plus ouvert", "plus connecté".

Facebook promet de rendre ses services techniquement compatibles de façon à ce que l'on puisse " communiquer facilement et en toute sécurité " d'un service à l'autre, que l'on utilise Messenger, Instagram Direct ou WhatsApp.

"Facebook reste le média central pour toucher une audience, maintenant les usages changent, et les utilisateurs sont moins actifs". Mais l'entreprise pourrait aller plus loin dans son objectif d'interopérabilité, en rendant ses services interopérables avec les SMS. Cette fonctionnalité ressemble grandement à la technologie RCS développée par Google, disponible sur Android Messages.

Nous ne savons pas si tout cela sera suffisant pour permettre à Facebook de regagner la confiance de ses utilisateurs, pour l'heure, ce ne sont que de belles paroles, il faudra attendre pour apercevoir quelque chose de concret. Entre autres, la difficulté de maintenir un chiffrement de bout en bout. Ce travail, étalé sur plusieurs années, est une réponse aux nombreuses polémiques auxquelles a dû faire face Facebook, mais aussi au désintérêt grandissant de ses utilisateurs.

Mark Zuckerberg a enfin touché un mot sur ceux qui exploiteraient le réseau social à des fins néfastes (terrorisme, fake news, harcèlement.). Le but est de crypter les données comme c'est le cas pour l'instant sur WhatsApp.

D'où l'idée de Zuckerberg de réorienter Facebook en ce sens. L'idée est recentrer le réseau sur les interactions privées en petit comité et l'éphémérité des contenus, mais également de généraliser le chiffrement de bout en bout pour assurer la confidentialité et de stocker les données sécurisées dans des pays "ne violant pas les droits de l'homme ou la liberté d'expression". Il reconnaît toutefois sa responsabilité et promet d'agir en ce sens.

Dernières nouvelles