Le vaccin contre la rougeole n'augmente pas le risque d'autisme

Vaccin contre la rougeole aucun lien avec l’autisme

Vaccin contre la rougeole aucun lien avec l’autisme

Plus de 650.000 enfants, nés entre 1999 et 2010, ont été suivis jusqu'en 2013.

Non, le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) n'augmente pas le risque d'autisme.

L'étude a par ailleurs permis de réaffirmer le risque familial, puisque les enfants ayant un frère ou une sœur autiste étaient sept fois plus susceptibles de recevoir ce même diagnostic que les enfants sans antécédents familiaux.

Pour les épidémiologistes Saad Omer, de la Rollins School of Public Health de l'université Emory, à Atlanta, et Inci Yildirim, de la School of Medicine de la même université, relecteurs de la publication, "cette étude méritait d'être menée, même s'il avait déjà été démontré qu'il n'existait aucun lien entre le vaccin ROR et l'autisme".

"L'étude soutient fortement le fait que le vaccin n'augmente pas le risque d'autisme, ne déclenche pas l'autisme chez les enfants (ayant des facteurs de risque, ndlr), et n'est pas associé avec un regroupement de cas d'autisme après la vaccination", écrivent les scientifiques.

Ces travaux viennent renforcer une précédente étude, datant de 2002 et portant sur 537.000 enfants danois, ainsi que dix autres enquêtes menées sur les vaccins sur les enfants, dont six spécifiquement sur le vaccin contre la rougeole.

Les centaines de milliers d'enfants ainsi étudiés, sur des années, sont à comparer à la petite étude de 1998 souvent citée par les anti-vaccins comme montrant un lien entre MMR et autisme, et qui ne portait que sur 12 enfants. L'auteur, qui avait falsifié les résultats, a perdu sa licence médicale, mais elle continue d'être citée par les militants anti-vaccins.

"Donald Trump a lui aussi relayé ces allégations durant sa campagne de 2016".

Cette vague de contestation contre les vaccins a participé à la recrudescence de la rougeole. La France est même entrée dans la liste des dix pays responsables d'environ trois quarts des augmentations de cas de rougeole dans le monde l'an dernier. "L'OMS rappelait toutefois récemment que " la principale raison " de l'échec dans la vaccination des enfants est que ceux " qui en ont le plus besoin [.] n'ont pas accès au vaccin ".

Dernières nouvelles