Le temps de sommeil des Français franchit un cap inquiétant

Image=d-20171030-3HQ38N_high

Les Français dorment trop peu : moins de 7 heures par nuit

Même si on inclut les siestes, le temps moyen de sommeil quotidien reste inférieur aux sept heures minimales habituellement recommandées pour une bonne récupération: il est de 6 h 55 (6 h 42 en semaine et 7 h 26 le week-end). Selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'agence sanitaire Santé publique France, repris par Le Parisien, les 18-75 ans ne dormiraient en moyenne que 6h45 par nuit. L'étude montre que ce sont les actifs qui dorment le moins: 6 h 48 en moyenne par jour, contre 7 h 19 en moyenne pour les étudiants, qui sont ceux qui dorment le plus. Un seuil en-dessous duquel il existe un risque pour la santé, notamment pour le cœur.

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire. "Or on sait par de très nombreuses études épidémiologiques que dormir moins de 6 heures est associé à un _risque plus élevé d'obésité, de diabète de type 2, d'hypertension, de pathologies cardiaques et d'accidents_", soulignent dans le BEH le spécialiste du sommeil Damien Léger et le directeur général de Santé publique France, François Bourdillon. "Face à une accélération des rythmes où chacun se veut présent au monde et connecté à tout moment, le sommeil peut apparaître comme un temps facultatif, et il est en effet bien malmené dans la compétition quotidienne qu'il mène face aux loisirs et au travail". Le prix du logement des mégapoles nous oblige à vivre de plus en plus loin de notre lieu de travail; de même "pour les habitants des zones rurales de plus en plus éloignés des centres de vie active et qui conduisent entre deux et trois heures par jour, rentrant de plus en plus tard, partant de plus en plus tôt et grignotant sur leur temps de sommeil". Sans oublier une réduction de la vigilance dans la journée, l'augmentation de l'irritabilité, une perturbation des relations familiales et une incidence sur la qualité du travail, alerte Santé Publique France.

Le manque de sommeil est-il le nouveau mal du siècle? Toutefois, plus d'un quart des Français parviennent toutefois à faire la sieste pour compenser cette dette. Sans compter que le travail de nuit n'est pas anodin pour la santé. Récemment, un rapport de l'Anses a mis en évidence qu'il augmente significativement le risque de maladies métaboliques, cardio-vasculaires, d'accidents et, pour les femmes, de troubles lors de la grossesse et de cancer du sein.

"Enfin, le tabagisme s'avère aussi être un facteur important de dégradation du sommeil". "Déjà nettement plus sujets à l'insomnie, les fumeurs quotidiens, qu'ils soient peu ou fortement dépendants, sont fréquemment courts dormeurs (sommeil inférieur ou égal à 6h par 24h) ", note l'étude. Ces derniers avancent plusieurs suggestions pour y remédier. Ainsi, ils recommandent de faire la promotion de la sieste, 20 à 30 minutes par jour, y compris au travail.

Quand on ne souffre pas d'insomnie, on peut aussi constituer des "réserves" en étendant son temps de sommeil habituel en prévision d'une période difficile (travail, examen, voyage).

Dernières nouvelles