L'UE n'ira pas plus loin, selon Michel Barnier — Brexit

CAC 40: Une semaine cruciale sur le front du Brexit

Sky News: L'accord de Brexit va être rejeté par la Chambre des communes

Dans le traité de retrait, les deux parties ont prévu une période de transition après la sortie du Royaume-Uni de l'UE, pendant laquelle ce pays continuerait d'appliquer et de bénéficier des règles de l'UE. "Si l'accord n'est pas approuvé ce soir, le Brexit pourrait être perdu", avait-elle martelé.

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a lui estimé que l'accord de Mme May était "clairement mort". "C'est cette question là qui se pose avant même celle d'une décision sur une éventuelle extension", a-t-il ajouté. La chambre des Communes doit se prononcer ce mardi soir sur la version amendée du projet de divorce. Veut-elle organiser un deuxième référendum? "Ou partir avec un accord, mais pas cet accord?".

Les élus britanniques sont maintenant appelés à voter mercredi sur la possibilité de sortir de l'UE sans accord, un scénario redouté par les milieux économiques.

Si, comme on s'y attend, les députés rejettent la perspective d'un 'no deal' le 29 mars, un troisième vote aura lieu jeudi sur un report de la date du Brexit.

L'UE a malgré tout fait savoir qu'elle était "prête à considérer" un report de la date du Brexit, si le Royaume-Uni devait en faire une demande "motivée", a déclaré une porte-parole de la Commission européenne. Theresa May a indiqué que les députés conservateurs pouvaient voter en leur âme et conscience et ne pas suivre les consignes du parti.

Déterminée à défendre ce texte jusqu'au bout, la dirigeante avait mis en garde les députés contre les conséquences d'un rejet. Selon lui, "le risque juridique" présenté par l'accord "reste inchangé" malgré les concessions de Bruxelles revendiquées par Mme May. Ou veut-elle un accord différent de celui-ci? Il s'agit d'un dispositif de dernier recours qui vise à éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande afin de préserver les accords de paix de 1998 et l'intégrité du marché unique européen. Ce filet de sécurité (backstop) est assorti de la promesse faite par les Européens de ne pas chercher à maintenir indéfiniment le Royaume-Uni dans une union douanière.

Le rejet de l'accord a ravi des europhiles rassemblés devant le Parlement de Westminster et militant pour l'organisation d'un nouveau référendum.

"Il n'y aura pas de négociations dans les jours qui viennent et d'ici au 29 mars". "Je suis contente", mais "c'est encore trop tôt pour célébrer", a dit Gulia Astell, 58 ans, souhaitant que le Parlement vote pour l'option du "no deal" mercredi. Elle a par la suite plongé de nouveau face à l'euro et au dollar.

Dernières nouvelles