Un report du Brexit probable, un nouveau référendum aussi-Ebury

Les députés rejettent l'accord sur le Brexit

Brexit : les députés rejettent une sortie sans accord

"Une courte extension technique ne sera offerte que si nous avons un accord en place", a averti mercredi soir Mme May, tentant d'unifier des députés incapables jusqu'à présent de dégager une majorité sur la voie à suivre avec le Brexit.

Mais c'est pour mieux déchanter mercredi, la Chambre des communes ayant lors d'un nouveau vote, qui n'aurait pas eu lieu si l'accord avait été adopté, exprimé son opposition à une sortie sans accord ("no deal"), une option que nombre de Brexiters privilégient. À quinze jours de la date théorique du Brexit, une motion gouvernementale sera également débattue à la Chambre des communes, proposant un court report du Brexit, théoriquement prévu le 29 mars, jusqu'au 30 juin, à la condition que les députés approuvent l'accord d'ici mercredi 20 mars.

Le report du Brexit que doivent demander ce jeudi les députés britanniques ne sera pas accordé de manière automatique, préviennent les Européens.

Prenant acte du vote, la Commission européenne a rapidement rappelé qu'il n'existe que deux possibilités pour sortir de l'UE: celle d'une sortie avec accord et celle d'une sortie sans accord.

Rejeter toute sortie sans accord ne suffit pas, a-t-elle confirmé; il faut accepter l'accord. Un premier accord avait aussi été battu par 432 voix contre 202 à la mi-janvier.

Le président américain Donald Trump a vanté jeudi l'énorme potentiel d'un accord commercial entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni au moment où les négociations sur le Brexit sont dans l'impasse à Londres.

Nina Hawl, Britannique europhile de 82 ans, y a vu une "étape de plus pour rester dans l'UE".

" Nous sommes au bord du précipice".

Les investisseurs s'attendent, ce soir, à un vote du Parlement allant dans le sens d'une demande de report du Brexit. Il a d'ailleurs annoncé mercredi qu'il abaissait la prévision de croissance économique du Royaume-Uni de 1,6 % à 1,2 %, en raison du " nuage d'incertitude " autour du Brexit. "On peut penser que sous couvert d'un report de la date du Brexit, on pourrait se diriger vers des élections générales, qui ont encore été réclamées mardi par le chef de file du Parti travailliste Jeremy Corbyn, et vers un nouveau référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne".

"Si un délai additionnel était demandé, il faudrait alors qu'on nous explique pour quoi faire (.) Ce ne peut être pour renégocier un accord que nous avons négocié durant de nombreux mois et dont nous avons dit qu'il n'était pas renégociable ", a déclaré en écho mercredi le président français, Emmanuel Macron. "Pour le dire clairement: avec cette décision, nous nous rapprochons de plus en plus d'un scénario sans accord", estime Heiko Maas, qui accuse Londres de "jouer négligemment avec le bien-être des citoyennes et citoyens et de l'économie".

Dernières nouvelles