La situation de l'OM est "beaucoup plus saine aujourd'hui" — DNCG

L’augmentation de capital du LOSC financée à hauteur de 25 millions d’euros par le propriétaire du club Gérard Lopez a été saluée

Comptes des clubs. Rennes et Lorient bons élèves

Avec l'arrivée de nouveaux investisseurs et dans l'optique de redonner de l'équilibre à la Ligue 1, La Ligue de Football professionnel (LFP) pense à la création d'un fair-play-financier à la française comme elle l'a expliqué ce mercredi dans une conférence de presse au siège de la Ligue. Les droits TV avec 37,4 millions représentent plus de la moitié du produit d'exploitation du FCGB (67,9 millions) alors que la rémunération du personnel (59,5 millions) est, de loin, la première charge d'exploitation (107,5 millions en tout). La saison précédente, en 2016-2017, Bordeaux avait clos l'exercice avec 14 millions d'euros de déficit. En gros, si un club génère 100 M€ de chiffre d'affaires, hors ventes de joueurs, il ne pourrait pas avoir une masse salariale supérieure à un certain pourcentage de son CA. L'OM affiche en 2017-18 un résultat net négatif de plus de 78,5 millions.

De l'autre, en revanche, les résultats financiers des clubs sont donc plombés par une augmentation de la dette: 16 entités de L1 présentaient ainsi un résultat d'exploitation déficitaire.

Au rayon des bonnes nouvelles, les clubs français se sont distingués sur l'activité des transferts, qualifiée d'" exceptionnelle " par le président de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG). Enfin, Lille affiche un inquiétant - 141,898 M€ mais la DNCG précise que la situation s'est assainie depuis la recapitalisation à hauteur de 142 M€.

Pourtant, les clubs français n'ont jamais aussi bien vendu sur le marché des transferts, puisque les plus-values atteignent la somme record de 929 millions d'euros. Selon lui, 248 mutations ont été réalisées pour un montant total de 1,6 milliard d'euros (840 M EUR pour la seule Ligue 1), dans lequel le Paris SG a pris "une part très significative".

"La France " est le meilleur pays au monde " pour former et vendre des joueurs, s'est félicité Quillot". "Mais il y a des variables exogènes sur lesquels il faut qu'on soit attentif, vigilant", a-t-il ajouté, en citant le Brexit comme exemple.

Dernières nouvelles