Le sénat américain rejette le financement d'urgence du mur de Trump

Donald Trump à la Maison-Blanche jeudi

Camouflet pour Trump au Sénat Paris Match | Publié le 15/03/2019 à 12h49 A.G. Donald Trump à la Maison-Blanche jeudi. SAUL LOEB AFP×Close

Quelques minutes après le rejet par le Sénat - pourtant contrôlé par les républicains - du financement d'urgence du mur à la frontière mexicaine, Donald Trump a réagi sur Twitter d'un seul mot, en lettres majuscules: " VETO ". Puis, dans un second tweet: "J'ai hâte d'opposer mon veto à cette résolution d'inspiration démocrate".

Défendant l'un des projets les plus emblématiques de sa présidence, Donald Trump a immédiatement promis de riposter avec son premier veto depuis son élection. "Je veux remercier tous les républicains forts qui ont voté pour soutenir la sécurité à nos frontières et ce mur dont nous avons désespérément besoin".

De nombreux républicains considéraient en effet qu'en promulguant l'état d'urgence nationale afin de contourner le Congrès, le président avait violé la séparation des pouvoirs, puisque la Constitution accorde au Congrès, et non au président, le contrôle des dépenses publiques.

Jeudi 14 mars 2019 ((rezonodwes.com))- Le président américain Donald Trump vient d'essuyer un nouveau revers dans ses tentatives d'obtenir un financement d'urgence pour la construction d'un mur sur la frontière des États-Unis avec le Mexique.

"Les juristes disent que cela est complètement constitutionnel", avait-il souligné devant les journalistes, peu avant le vote. De son côté, le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avait tenté, et ce jusqu'au dernier moment avant le vote, de raisonner ses troupes: "Le président opère dans le cadre de la loi, et la crise à notre frontière est bien trop réelle", avait-il ainsi déclaré dans l'hémicycle.

Peine perdue. Peu après, le sénateur et ex-candidat à la présidentielle en 2012, Mitt Romney a annoncé qu'il rejoignait les cinq autres républicains rebelles.

La Chambre, contrôlée par les démocrates, avait approuvée cette même résolution le 26 février. Alors que le Congrès refusait d'allouer une tranche de 5,4 milliards de dollars pour la construction de l'édifice, les Etats-Unis ont connu le plus long " shutdown " (une paralysie budgétaire qui a mis 800.000 fonctionnaires en congés sans solde) de leur histoire: 34 jours. Donald Trump a, là aussi, prévu de la bloquer par un veto.

Il semble improbable que le Congrès outrepasse le veto présidentiel, car cela nécessiterait une majorité des deux tiers dans les deux chambres.

Hasard du calendrier, tous deux ont déjeuné jeudi ensemble au Capitole, siège du Congrès, avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar pour célébrer le saint patron de l'Irlande, Saint Patrick.

"Un vote en faveur de la résolution aujourd'hui par des sénateurs républicains est un vote en faveur de Nancy Pelosi, de la criminalité et des démocrates qui sont pour les frontières ouvertes!" Populaire auprès de la base républicaine, Donald Trump a des relations plus compliquées avec ses troupes au Congrès, où il enchaîne les revers cette semaine.

Il s'agit d'un sérieux revers pour le Président américain, des élus républicains s'étant joints aux démocrates pour approuver le texte par 59 voix contre 41.

Dernières nouvelles