"1500 ultra-violents" à Paris (Castaner) — "Gilets jaunes"

Christophe Castaner: ses explications après les

Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue

Un dévoué serviteur de la "République" n'a t-il plus le droit de se détendre après une harassante journée de travail.? doit-il s'astreindre à un mode de vie monacal et se priver de ces particules de plaisir que le destin, pour une fois bienveillant, dispose sur son chemin de croix.?

Les magazines Voici et Closer ont dévoilé des photos du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, en charmante compagnie dans une discothèque ce samedi 9 mars à Paris lors de l'Acte 17 des " gilets jaunes ".

Le ministre est arrivé vers 23 heures 30 avant de quitter l'établissement à 2 heures du matin. La sphère politique s'est pour l'instant retenue de commenter cet écart du ministre de l'Intérieur. Et de poursuivre: "Rassurez-vous, j'ai conscience de l'enjeu de sécurité des Français, des ministres, et du ministre de l'Intérieur". Au point de contraindre le ministre de l'Intérieur à se justifier dans les colonnes du Parisien : "Il s'agit de ma vie privée et de ma famille, qui peut être respectée. J'ai rejoint une soirée, dans un cadre totalement privé, entre 23h30 et deux heures du matin", a déclaré au Parisien le "premier flic de France". Selon un portrait de Libération, il a fréquenté le monde de la nuit et les tables de poker dans la région de Marseille avant de reprendre ses études et de débuter une carrière politique.

Fort de l'expérience du Gayetgate, qui avait montré l'ancien président François Hollande en scooter, avec une protection minimale dans les rues de Paris pour des rendez-vous galants, Closer a été le premier à soulever l'aspect polémique de ces clichés. "Samedi, on demandait aux policiers et aux gendarmes une mobilisation sans précédent sur les 'gilets jaunes' et nous allons être la risée de tous!". ", s'indigne ainsi un policier. Difficile d'être crédible et audible après", même si, selon lui, "les syndicats ne bougeront pas, à part peut-être certains minoritaires". Le journal cite également un syndicaliste anonyme qui a confié: "C'est une vraie connerie". Les témoins autour prennent des photos et filment la scène qu'ils partagent sur les réseaux sociaux.

Dernières nouvelles