Les jeunes fortement mobilisés en France

Youth for Climate: La jeunesse s’insurge

Youth for Climate: La jeunesse s’insurge

Des preuves que le monde prend les mesures nécessaires pour limiter le réchauffement à +2 °C par rapport à l'ère préindustrielle, comme prévu par l'accord de Paris.

"Les températures ont grimpé, impossible de se concentrer en classe", dit Warlda Mirembe, 16 ans, venue avec son père, fermier et commerçant. Le mouvement Youth For Climate Dijon, est constitué de lycéens des lycées de l'agglomération dijonnaise mais aussi de Côte d'or, et se revendique "apolitique, non-violent, et soutenu par de nombreuses associations écologiques dijonnaises".

Cette mobilisation massive en faveur du climat, qui mobilise des centaines de milliers de personnes, est d'une ampleur inédite. "Pour l'instant, les dirigeants disent simplement qu'ils vont essayer de faire de leur mieux", notait récemment Greta Thunberg.

En France, c'est seulement à la mi-février - et à l'occasion d'une visite de l'égérie suédoise - que les jeunes ont commencé à timidement se mobiliser. A Varsovie, c'est au ministère de l'Energie qu'a fini la marche d'environ 2000 jeunes.

À Bangkok en Thaïlande, et à Hong Kong, des milliers de jeunes ont aussi défilé.

Avec des slogans nombreux et bien sentis. "J'aime mon pays, on l'appelle la perle de l'Afrique, mais elle est en train d'être détruite ".

"Les leaders d'aujourd'hui vont vieillir et mourir, et laisser derrière eux un monde en ruines", dénonce Sadrach Mirere, étudiante, qui coordonne les Fridays For Future Uganda.

" C'est maintenant ou jamais ": des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans la rue ce vendredi en France pour défendre la planète, comme dans une centaine de pays à travers le monde, répondant à l'appel de l'adolescente suédoise Greta Thunberg. Elle a été suivie dans quelques pays, notamment en Belgique ou en Allemagne, où les jeunes ont manifesté par milliers. "On est mobilisé pour que nos futurs enfants puissent vivre dans les meilleures conditions possibles", affirme Jeanne, une élève de première, 17 ans ce jour.

En Nouvelle-Zélande, l'initiative des jeunes n'a pas été du goût de certains enseignants et politiques. "Les manifestations hors des horaires de cours ont aussi du sens", a estimé le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier. Avant un grand rassemblement prévu ce samedi à Paris, les lycéens font " leur " manifestation ce vendredi après-midi, un peu partout en France. "Ne sous-estimez pas le pouvoir de votre voix", a dit la travailliste de 38 ans à des étudiants cette semaine au Parlement. Plusieurs maires de l'alliance C40 des grandes villes pour le climat, comme Paris et Milan, ont d'ores et déjà apporté leur soutien aux jeunes.

La communauté internationale s'est engagée à garder le monde sous 2°C, mais les émissions de gaz à effet de serre, issues d'abord des énergies fossiles, continuent à grimper, plaçant la planète sur une trajectoire de plus de 3°C porteuse d'impacts majeurs.

Dernières nouvelles