Plus de 60 morts au passage du cyclone Idai — Mozambique

Le cyclone Idai sème la mort et la destruction en Afrique australe

Le cyclone Idai fait au moins 24 morts au Zimbabwe

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies (OCHA) a indiqué, jeudi, que les inondations causées par le cyclone tropical Idai depuis le début de ce mois ont touché plus d'un million de personnes et causé la mort d'au moins 122 personnes au Mozambique et au Malawi.

Les images partagées sur les médias sociaux ont montré des dommages importants lors du passage de la tempête avec de grands arbres déracinés et des habitations englouties. Les intempéries ont déjà causé la mort d'au moins 60 personnes.

L'aéroport du chef-lieu de la province de Sofala a été "dévasté", a rapporté à l'AFP un responsable du responsable de l'Institut national de gestion des catastrophes (DMNI). La radio publique a fait état de "plusieurs maisons détruites, des routes coupées et des câbles électriques arrachés".

La police et des contrôleurs du travail au noir ont interpelé mardi plusieurs.

Le cyclone a balayé dans la nuit de vendredi à samedi la région de Chimanimani, tout près de la frontière avec le Mozambique.

Dès jeudi matin, les compagnies aériennes avaient annulé la plupart de leurs vols intérieurs sur le territoire mozambicain. Le trafic aérien restait suspendu vendredi matin.

Selon les autorités locales, ces fortes précipitations ont déjà fait au moins 66 morts, 111 blessés, quelque 17000 déplacés et plus de 140000 sinistrés. L'évaluation des dégâts et du nombre de victimes en est encore à ses balbutiements, mais le prix du passage du cyclone s'annonce déjà très élevé pour le Mozambique, déjà victime d'une grave crise financière.

Selon les dernières prévisions des services météorologiques locaux, de fortes pluies devraient persister jusqu'à dimanche sur la ville de Beira et tout le centre du pays.

Le Mozambique est l'un des pays les plus pauvres du monde.

Les inondations ont également provoqué ces derniers jours 30 morts et laissé plus de 230 000 personnes sans abri dans le sud du Malawi voisin, selon les autorités locales.

Les autorités locales ont monté à la hâte près de 200 camps de tentes pour accueillir les sinistrés, qui y vivent dans des conditions précaires à la merci du paludisme, ont constaté des journalistes de l'AFP.

En visite à Abou Dhabi, le président Emmerson Mnangagwa a déclaré l'état de catastrophe naturelle dans les zones affectées.

De nouvelles pluies sont attendues dans les prochains jours dans le sud du Malawi, conséquence du passage d'Idai.

Dernières nouvelles